Le CHUM de Montréal, première école d’intelligence artificielle en santé dans un hôpital

28 mai 2019

L’Intelligence Artificielle contribue déjà à transformer le système de santé, en remettant le patient au cœur du dispositif. Mieux collecter et traiter les données de santé peut directement améliorer la qualité et l’accès aux soins, la détection précoce des pathologies, la médecine des 4P (personnalisée, préventive, prédictive, participative) comme souligné dans le rapport Villani sur l’IA qui positionne le secteur de la santé comme prioritaire. Mais le manque de ressources qualifiées en IT de santé peut être un frein au développement de l’IA dans le secteur médical. Et si le secteur de la santé formait ses propres spécialistes ?

Santé et analytique : concilier qualité des soins et sécurité

14 mai 2019

Quelles sont les priorités des professionnels de santé et des hôpitaux en matière de business intelligence et de data analytique ? C’est le focus de l’étude annuelle menée par L'organisation à but non lucratif HIMSS US (Healthcare Information and Management Systems Society). En 2019, donner plus de chance aux patients reste prioritaire pour les professionnels de santé, sans négliger la sécurité dans un contexte difficile de manque de ressources humaines qualifiées en IT de santé.

L’escape game, un défi pour libérer l’innovation

4 avril 2019

Quel rapport entre faire déguster à des quidams des smoothies préparés à partir de fruits « moches » et faire participer les visiteurs d’un salon à un escape game ? Ce sont deux applications concrètes du marketing expérientiel destinées à redéfinir la portée de l'engagement entre une marque et son public et redéfinir ce qui est possible avec une participation active. L’exemple des smoothies d’ingrédients rejetés par les supermarchés est une opération menée par le magazine The Economist pour provoquer une réflexion auprès du public et l’amener à réévaluer les éléments qui ont de la valeur pour lui. Les escape rooms sont un des projets menés par Janny Morsink, spécialiste de l’organisation de projets créatifs & évènementiels chez SAS, car des escape rooms de data science sont désormais créés pour les évènements SAS mais aussi spécifiquement pour certains clients.

Quelles questions se posent les Chief Data Officers et Chief Digital officers ?

28 mars 2019

Les questions que se posent les Chief Data Officers (CDO) et Chief Analytics Officers (CAO) deviennent de plus en plus complexes à mesure que le monde de la data et de l’analyse de données se complexifie. Voici leurs principales interrogations, listées par un expert SAS, Todd Wright directeur du marketing produit mondial pour les solutions SAS Personal Data Protection et SAS Hadoop Data Management.

Une plateforme de données clients peut-elle aider à prendre les bonnes décisions ?

28 février 2019

Les data sont en croissance exponentielle, mais pour les entreprises le volume des données n’est pas la panacée. Elles cherchent à travers les données à mieux connaître leurs clients et leur offrir un meilleur service. La data permet donc aux entreprises de prendre de meilleures décisions, mais les plateformes de données qu’elles utilisent actuellement les aident-elles à y parvenir ? Voici 6 difficultés majeures que rencontrent les entreprises avec leurs données.

Data for good, quand les données servent de bonnes causes

26 février 2019

L’analyse de données est utile dans de nombreux secteurs d’activités et peut aussi offrir une réponse aux grands enjeux de notre société. C’est ce que révèlent les nombreux exemples de “data for good”, quand les données servent de bonnes causes comme sauver les espèces animales en danger, prévenir les suicides ou encore combattre le cancer. Voici les exemples les plus marquants de « data for good » répertoriés au cours de l’année 2018. Pour aller plus loin sur ce sujet vous pouvez télécharger l’e-book SAS « Using data to change the world ».

L’instinct fait-il le poids face à l’analytique ?

29 janvier 2019

Alors même que l’analytique se diffuse en entreprise, de grands patrons se vantent souvent de prendre leurs décisions à l’instinct. Le monde des affaires garde en mémoire des échecs retentissants pour nous rappeler que cette attitude reste très risquée. Au début des années 2000, la fusion de America Online (AOL) et Time Warner pour 164 milliards de dollars s’était finalement soldée deux ans plus tard par une perte de 99 milliards et le départ du CEO de Time Warner, Gerald Levin. Le comité de direction n’avait pas été suffisamment consulté dans ce process de fusion. Et aujourd’hui ce sont les collaborateurs et les clients qui sont encore peu sollicités dans le processus de décision de l’entreprise. Pourtant de nouveaux modèles de leadership et d’intelligence collaborative se développent, ainsi que des logiques d’open innovation, car une personne seule aura toujours moins d’idées qu’un groupe !