BMW investit dans la voiture autonome

Evalué à 62,5 milliards de dollars, Uber pèse 11 milliards de plus que BMW. Avec ses 122 000 employés dans le monde, le leader du véhicule haut de gamme a été doublé par une jeune entreprise technologique dont le modèle d’affaires repose sur une application de mise en relation de conducteurs et de passagers. Consciente que la valeur ajoutée se trouve désormais dans les services, la marque allemande multiplie les partenariats pour développer la voiture sans chauffeur.

En 2015, BMW a produit plus de 2 millions de véhicules dans ses usines implantées sur l’ensemble du globe destinés à une clientèle haut-de-gamme. Mais l’entreprise a aussi commencé à prendre le virage de la voiture autonome en envisageant un avenir où le profit serait plus basé sur la fourniture d’un moyen de transport que sur la vente d’automobiles — en témoigne le succès fulgurant d’Uber. Selon Roland Berger, 40% des profits enregistrés dans le secteur de l’automobile proviendront des taxis autonomes d’ici à 2030. Dans cette optique, l’un des principaux enjeux pour le constructeur consiste à concevoir des véhicules « intelligents » et de décrocher la prime au premier entrant. Mais il faudra se confronter aux poids lourds de la Silicon Valley comme Google ou Apple qui se sont déjà positionnés sur ce marché.

La perspective de profits se chiffrant en milliards d’euros a poussé le fabricant de voitures allemand à nouer des partenariats avec des startups technologiques et à recruter des talents en vue d’élaborer le cerveau électronique de ses futurs robots-taxis. Pour s’approcher au plus près du comportement humain, ces véhicules autonomes devront décoder leur environnement immédiat à l’aide de capteurs, de caméras et autres radars afin de réagir aux aléas et éviter les collisions. Après avoir acheté Here, le service de cartographie de Nokia, avec Audi et Daimler, BMW cherche désormais à acquérir des compétences en matière de cloud et d’analytique, car l’analyse de données en temps réel constitue la pierre angulaire de cette technologie d’avenir.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Un article sur la stratégie « électromobilité » de Volkswagen

et un autre au sujet de Zoox, un pure player de la voiture autonome.

 

À lire sur Business Analytics Info :

« Détecter les piétons en temps réel grâce au deep learning »

et

« 2025 : une journée type avec l’analytique ».