Pour Pôle Emploi, open data rime avec confidentialité

Pôle Emploi se lance dans le mouvement open data. L’établissement public ouvre ses données afin de faciliter la recherche d’emploi de manière innovante. Mais son directeur général adjoint Thomas Cazenave rappelle dans Les Echos que les données des utilisateurs restent, elles, rigoureusement protégées. Explications.

Tout en ouvrant une partie de ses données numériques, Pôle Emploi garantit la bonne utilisation et la confidentialité de celles que lui confient ses utilisateurs, demandeurs d’emploi et entreprises. Chaque annonce passée par une société sur le site de Pôle Emploi est vérifiée et publiée sur son portail exclusivement. Depuis 2013, l’établissement public pratique l’agrégation, la publication d’annonces de 75 sites partenaires, et teste la multidiffusion de ses offres sur d’autres portails, lorsque les entreprises concernées lui en donnent l’accord. À l’avenir, Pôle Emploi souhaite proposer aux chômeurs d’exporter leur fiche sur des sites partenaires. Une demande a été déposée à la CNIL.

Si Pôle Emploi ouvre ses données, c’est parce qu’il mise sur les big data pour favoriser l’accès des utilisateurs aux formations et à l’emploi. Les data analystes du SGMAP (Secrétariat général pour la modernisation de l’action publique) tablent actuellement sur le sujet, rejoints par d’autres initiatives. L’établissement a lancé son premier « hackathon », événement invitant la communauté des développeurs à concevoir des applications pour les demandeurs d’emploi. Il partage désormais ses données sur le marché du travail afin d’inciter les start-up à les utiliser pour créer de nouveaux services. Au menu : bassins d’emploi, secteurs et professions qui recrutent, nomenclature des métiers… De quoi inspirer les jeunes pousses innovantes.

Lire l’article

En complément :

un article sur l’utilisation des big data pour la recherche d’emploi

et une tribune sur les bénéfices de l’open data sur le marché de l’emploi

À lire sur Business Analytics Info :

« Ouverture des données de santé : les enjeux en France »

et « Pôle Emploi : la fraude mieux détectée avec l’analyse de données »