Grande distribution : l’analyse prédictive au secours de la planète pour lutter contre le gaspillage

Le gaspillage a toujours été la bête noire de la grande distribution : 4,2 millions de tonnes d’aliments auraient été jetées au Royaume-Uni en 2012. Au-delà des questions les plus évidentes liées à l’éthique et au développement durable, ce phénomène représente une réelle perte financière pour les enseignes. Et il a été encore accentué par le grand bond des promotions et autres ventes par lots des cinq dernières années. Comment l’analyse prédictive permet-elle d’y remédier ?

Bien qu’une nouvelle Loi ait été votée en France en mai dernier obligeant la grande distribution à donner ses invendus à des associations, le gaspillage reste une épine dans le pied des entreprises de grande distribution qui voient ainsi leurs marges et leur rentabilité s’éroder. Si le phénomène n’est pas nouveau, il semble prendre un nouvel élan avec l’accroissement des promotions et des ventes par lot. En effet, pour faire face à la concurrence des discounters, les enseignes proposent de plus en plus d’articles à prix cassés. Les distributeurs britanniques indiquent que quasiment 50% de leurs ventes se font par promotions ou lots, contre seulement 12% il y a cinq ans. Et on estime à 60% le gaspillage causé par une mauvaise évaluation des besoins pour ces promotions.

La solution pour les distributeurs n’est pas de réduire les volumes de promotions, mais bien d’améliorer la qualité de leurs prévisions pour coller au plus près de la réalité. Troisième canal de vente en croissance, après les discounters et Internet, les magasins de proximité pourront bénéficier de la granularité de l’analyse prédictive, qui permet de voir à quel moment les produits sont les plus demandés, par quel canal de vente et ce, magasin par magasin. Capables de prédire les ventes, les enseignes peuvent ainsi réduire les déchets, assurer une plus grande disponibilité des produits, optimiser les stocks et la chaîne logistique…

L’analyse prédictive est également un moyen de mieux négocier en amont avec les fournisseurs. Le distributeur peut ajuster au plus près de la réalité ses commandes et renverser ainsi la logique de la promotion imposée par le fournisseur. Informé en amont des volumes requis par son acheteur, le producteur de produits périssables pourra par exemple mieux anticiper les fluctuations de la demande.

Lire l’article (en anglais)
En complément
un article (en anglais) sur la réduction du gaspillage énergétique des bâtiments grâce à l’exploitation des big data
et un autre (en anglais) sur des initiatives pour créer des villes intelligentes

A lire sur Business-Analytics-Info.fr  
« Grande distribution : réduire les pertes grâce à l’analytique »
et « Piloter les coûts par activité »