Internet of Me : l’après lnternet des Objets

Quel est le point commun entre une voiture permettant de réguler la température du domicile et un distributeur de boissons proposant de participer à un jeu ? Ces deux nouveautés, présentées par Mercedes Benz et Coca-Cola au dernier Consumer Electronic Show à Las Vegas, font partie de la tendance « Internet of Me », identifiée par Accenture. Décryptage.

Parmi les grandes tendances pour 2015, Accenture a identifié l’ « Internet of Me ». Suite logique de l’Internet des Objets, le concept replace le consommateur et les usages au centre des processus de conception de nouveaux produits et applications, tout en considérant les objets connectés comme de nouveaux points de contact avec les consommateurs. Selon Gartner Research, 89% des leaders pensent que l’expérience du consommateur sera l’élément déterminant de la compétitivité en 2016, contre seulement 36% il y a quatre ans.

Destinée à offrir une expérience client satisfaisante et engageante, la personnalisation des objets connectés est la clé du succès. Dans un contexte où le consommateur est sur-sollicité par les offres et publicités, l’entreprise doit avant tout capter son attention et engager une relation avec lui. Proposant une expérience ludique, les objets connectés deviennent ainsi un véhicule d’interaction idéal avec les consommateurs. Ensuite seulement, une fois le contact établi, la marque peut proposer ses produits et services pour envisager une vente.

Les données ainsi collectées apportent beaucoup à l’entreprise en termes de connaissance client, mais la confiance du consommateur envers la marque doit rester l’une des composantes clés de l’Internet of Me. En effet, selon une étude menée par Accenture, 67% des individus sont d’accord pour partager leurs données avec une marque, mais seulement 27% accepteraient que ces mêmes données soient partagées avec un tiers. La même étude révèle que 85% des leaders interrogés estiment que le consommateur moyen n’a qu’un faible aperçu de la manière dont l’entreprise utilise ses données. La communication est donc la clé pour pallier ce manque d’information.

Lire l’article

 

En complément
un article (en anglais) présentant des exemples de l’Internet of Me
et un autre (en anglais) sur l’internet des objets, déjà une réalité

A lire sur Business-Analytics-Info.fr :
« Sécurité des objets connectés : transparence et formation sont de mise »
et « Internet des objets : la guerre des prédictions »