Analytique : l’informatique moins chère, une chance pour les banques

Avec la baisse des coûts du matériel informatique, le stockage massif des données et son corollaire analytique sont plus que jamais d’actualité. Une évolution technologique favorable aux banques qui auraient tout intérêt à regrouper l’ensemble de leurs données au sein d’un même entrepôt et d’utiliser un outil de calcul distribué comme Hadoop pour les traiter efficacement. Voici l’une des opinions fortes, développée par le CEO de SAS, Jim Goodnight, dans une interview au site American Banker.

Qu’elles aient trait à la fraude, au marketing ou à la gestion du risque, les données sont exactement les mêmes, estime Jim Goodnight, cofondateur et CEO de SAS, leader des solutions analytiques utilisées par les banques américaines. Construire une base de données unifiée ne pose aucune difficulté aujourd’hui grâce aux technologies disponibles et à leur faible coût. En revanche, faire en sorte que les différents acteurs concernés s’entendent pour partager leurs données apparaît souvent comme une sinécure. Pourtant, martèle Jim Goodnight, la plupart des données nécessaires à la vérification de la conformité ou à la lutte contre le blanchiment d’argent sont pratiquement identiques à celles utilisées pour mener une campagne marketing ciblée !

Faut-il pour autant conserver toutes les données clients, interroge American Banker ? Les données collectées dépendent des modèles développés pour réaliser la prédiction, explique le CEO de SAS. À titre d’exemple, 600 variables actualisées après chaque transaction sont nécessaires pour la détection automatique de la fraude à la carte de crédit. Aujourd’hui, les modèles complexes des banques peuvent être exécutés en parallèle et en un temps record sur des machines distribuées. Les petits établissements, qui n’ont pas toujours les moyens d’investir dans de telles infrastructures et dans les ressources humaines afférentes, peuvent tout de même profiter de l’analyse de leurs données en déléguant les opérations de calcul.

Lire l’article (en anglais)

 

En complément
un rapport (en anglais) sur la complémentarité entre Hadoop et les entrepôts de données
et un article (en anglais) sur la compétition que se livrent les banques d’investissement pour recruter les meilleurs data scientists

À lire sur Business Analytics Info
« Les banques de demain carbureront aux big data »
et « Anti-blanchiment : vers une approche basée sur les risques »