Quand les big data permettent de déchiffrer les papyrus

Les applications des big data et de l’analyse de données sont multiples et les secteurs concernés très variés : grande distribution, assurances, énergie, sécurité et criminalité, gestion des villes, industrie pétrolière, etc. Cependant, ces technologies sont également d’une grande aide dans la recherche scientifique, notamment dans la santé, l’astronomie et même l’archéologie ! Exemple avec le décryptage de papyrus de plus de 2000 ans, très endommagés par l’éruption du Vésuve.

Les big data et l’analyse de données sont utilisés dans de multiples domaines dont certains inattendus, comme l’archéologie. Ces technologies sont particulièrement utiles en complément de méthodes d’imagerie, pour analyser les données recueillies et leur donner un sens. Certains supports sont particulièrement fragiles : par exemple, les papyrus calcinés lors de l’éruption du Vésuve à Herculanum en 79 après JC et retrouvés en 1752. Pour déchiffrer les textes qu’ils contiennent, les archéologues ont tenté de les dérouler mais les manuscrits se sont révélés illisibles et certains documents ont été irrémédiablement détruits. Les fragments d’environ mille rouleaux ont donc été mis de côté en attendant que la technologie progresse pour permettre une lecture non-destructive.

Ces dernières années, une équipe internationale de chercheurs a recouru à une méthode non-intrusive reposant sur la lecture virtuelle des papyrus : l’imagerie par rayons X à contraste de phase. Cette méthode fait apparaître des lettres de l’alphabet grec de 2 à 3 mn de haut, en quelques heures seulement, alors que les anciennes méthodes réclamaient plusieurs mois, pour des résultats beaucoup moins efficaces. La phase suivante consiste à reconstituer les textes, et c’est là qu’intervient l’analyse de données. La technique est employée pour reconstituer, à l’aide d’algorithmes, les suites de lettres formant des mots, puis des phrases. Toutes ces données seront ensuite mises gratuitement à disposition de la communauté scientifique.

Lire l’article

 

En complément:
un article sur les big data et la recherche en biomédecine
et une autre application originale des big data : la cartographie du tourisme de mémoire

 

A lire sur Business-Analytics-Info.fr :
« Les big data plus forts que Darwin »
et « Santé : prendre le virage de l’analytique pour éviter le chaos »