Comment les big data rendent la ville plus agréable

Quel est le point comment entre la réduction des embouteillages à Los Angeles, l’amélioration de la qualité des services publics à New York et l’optimisation de la planification urbaine à San Francisco ? Les données ! Elles se trouvent au centre d’expérimentations conduites dans ces trois grandes villes américaines pour résoudre des problèmes liés à l’augmentation de la population. Un article en ligne sur le site Fortune détaille plusieurs projets qui ont transformé le quotidien des citoyens.

Si la Silicon Valley est située à un saut de puce de San Francisco, c’est un peu plus au sud de la Californie, à Los Angeles, que l’impact des big data est le plus frappant. Dans cette ville gigantesque, des chercheurs ont observé que les embouteillages monstres aux heures de pointe sont essentiellement causés par les automobilistes… cherchant à se garer. En équipant les parkings de capteurs et en renseignant sur la disponibilité des places via une application mobile, la ville a constaté une réduction de son trafic de l’ordre de 10 %. Autre exemple cité par Fortune, l’utilisation par la police de la Cité des Anges d’un logiciel d’analyse prédictive destiné à anticiper, en les localisant, les prochains actes criminels, avec à la clef une baisse de 13 % du taux de criminalité dans les quartiers où cet outil est employé.

Sur la côte Est des États-Unis, à New York, ce sont les services publics qui bénéficient de l’apport des data. Il y a une douzaine d’années, l’emblématique maire Michael Bloomberg a initié, dans le but d’améliorer le traitement des diverses requêtes de ses administrés, la centralisation des appels téléphoniques vers une plate-forme unique permettant d’orienter plus rapidement les citoyens vers le bon service. Ceci a permis de constituer une base de données sans précédent avec des informations sur les motifs des plaintes soumises à tous les services de la ville. L’agrégation de ces informations permet de mesurer d’une part l’efficacité des services, et d’autre part, grâce à des méthodes d’analyse prédictive, d’évaluer des situations à risque permettant de prioriser des actions et de cibler des investigations.

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :
un article (en anglais) sur les big data pour la planification urbaine
et un autre sur une initiative récente à Paris

 

À lire sur Business Analytics Info :
« Chicago compte sur les big data pour veiller sur son environnement »
et « Les villes du futur pilotées par les big data »