Les entreprises en retard dans leur utilisation du numérique

La majorité des entreprises françaises n’aurait pas encore pris le virage numérique. Elles affichent un certain retard, par rapport à leurs voisins européens, nous dit une récente étude de McKinsey qui vise à mesurer l’impact d’Internet sur les activités traditionnelles. Quelles sont les explications de ce phénomène ? Qu’ont à gagner les entreprises françaises en prenant le tournant du numérique ? A quels freins sont-elles confrontées ? Et quelles sont les solutions à envisager pour sauter le pas ?

Tous les objets « technologiques » sont connectés et Internet représente donc l’ensemble des usages du numérique. Les chiffres le montrent, les consommateurs français se sont bien appropriés Internet et la population est bien équipée : pour l’achat de tablettes, la France est 5ème sur les 28 pays d’Europe. En ce qui concerne l’accès à Internet, les entreprises françaises sont 4ème et 2ème pour l’Internet haut-débit. Les infrastructures sont donc bien présentes, mais côté pratique, c’est différent : pour les achats en ligne, les entreprises françaises arrivent au 23ème rang et, au 26ème, pour l’utilisation des réseaux sociaux.

Selon leur taille et leur secteur, les entreprises ont des niveaux de maturité différents, mais toutes risquent de se voir dépasser et perdre des revenus. En effet, la pression devient plus intense : les entreprises concurrentes renforcent l’expérience client, désormais multicanale, créent des produits adaptés aux souhaits de leurs clients en identifiant leurs préférences, prennent des décisions stratégiques plus éclairées et optimisent leurs processus internes grâce aux big data. Sous l’angle financier, cette transformation peut engendrer une progression de 30 à 40% de l’Ebitda (Bénéfices Avant Intérêts, Impôts et Amortissements).

Il est donc impératif que les entreprises françaises changent leurs usages et leur culture. On ne peut même plus parler d’un frein générationnel : tous les dirigeants ont conscience des enjeux du numérique, mais c’est surtout une question de pratique et de mise en œuvre. En effet, parmi les freins on compte les rigidités organisationnelles, un déficit des compétences numériques, un manque de ressources financières et le fait que les dirigeants ne soient pas visiblement impliqués dans le numérique. Cependant, ceux-ci ont bien conscience des enjeux et peuvent s’appuyer sur le modèle des grandes entreprises, françaises ou étrangères, qui ont suivi cette tendance, se tourner vers le service public pour bénéficier de ses conseils, avoir recours à des talents, internes ou externes, pour faire évoluer les habitudes et entrer dans une nouvelle ère.

Lire l’article 

Lire l’étude dans son intégralité 

 

En complément :
un article présentant les chiffres clés de l’Observatoire du numérique 

et

un autre sur la réussite de la stratégie de transformation numérique de Terraillon

 

A lire sur Business-Analytics-Info.fr :
« Le virage stratégique et numérique de The Weather Company »

et

« Avec le Web et le numérique, les individus ont pris le pouvoir »