Du tableur à l’analyse de données : quand les big data redessinent la prise de décision

Ses concepteurs l’ont baptisée « matrice de suivi des déplacements ». Derrière cette appellation en apparence obscure se cache en fait un nouvel outil d’analyse qui permet désormais à l’Organisation internationale pour les migrations de faire face aux situations d’urgence en traitant des données de sources variées.

Créée au milieu du siècle dernier, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) fondait jusqu’à il y a peu ses décisions sur des outils basiques comme le tableur et autres graphiques associés. Mais le terrible typhon qui s’est abattu sur les Philippines en novembre dernier a incité cette agence intergouvernementale chargée notamment de l’aide humanitaire aux migrants à faire un pas décisif vers la prise de décision informée.

 

L’OIM s’est ainsi dotée d’outils de visualisation des données et d’analyse de texte développés par SAS lui permettant d’identifier et de réunir les intervenants de terrain afin qu’ils traitent les problèmes sanitaires les plus urgents. Le dispositif repose sur une « matrice de suivi des déplacements » (Displacement Tracking Matrix), qui synthétise les localisations et les besoins des populations déplacées à partir d’une multitude de données hétérogènes comme les profils des sites affectés, des rapports statistiques ou les commentaires soumis par les administrateurs des camps ou les représentants des réfugiés.

 

Concrètement, ce tableau de bord donne à l’organisation de nouvelles clés de lecture pour les situations de crise en identifiant les installations où le service doit être renforcé en raison du surpeuplement, des épidémies, de la pollution de l’eau ou de l’accumulation des déchets. L’OIM utilise aujourd’hui ce système dans une vingtaine de pays comme l’Irak et le Soudan du Sud pour superviser l’aide humanitaire aux personnes déplacées.

 

Lire l’article

 

En complément :

un article sur l’utilisation des nouvelles technologies dans les catastrophes naturelles
et un exemple d’utilisation d’open data pour la réponse humanitaire (en anglais)

 

À lire sur Business Analytics Info :

« L’analyse de données au service de la réponse humanitaire »
et « Les big data améliorent l’efficacité des programmes humanitaires »