Les très riches vertus de l’open data

Le partage efficace de données entre les administrations et les entreprises apporterait des solutions à de nombreux problèmes de société, favoriserait la création de nouveaux services et génèrerait d’importantes économies. Education, santé, transports, énergie, finance… sont autant de secteurs qui profiteraient à plein de l’open data. Reste à définir les standards d’analyse, mais surtout les règles de confidentialité à respecter.

Si les administrations et les entreprises privées partageaient leurs données et qu’elles utilisaient des solutions analytiques, des solutions pourraient être trouvées à toutes sortes de problèmes sociaux, économiques et commerciaux. L’open data favoriserait la création de nouveaux produits et services et la mise en œuvre d’idées innovantes dans tous les secteurs, de l’éducation aux transports en passant par la santé ou l’énergie. Alors qu’une quarantaine d’états dans le monde ont « ouvert » leurs données publiques, de nombreuses start-up exploitent l’open data pour permettre aux consommateurs de comparer les prix, de s’informer sur la qualité ou la provenance des aliments, entre autres exemples. McKinsey évalue à 3 milliards de dollars la valeur annuelle créée par ce nouveau marché.

 

Le secteur de la santé bénéficierait tout particulièrement de ce partage de données sur de grandes populations de patients pour, par exemple, identifier les traitements les plus efficaces pour chaque pathologie, savoir quand préférer les médicaments génériques ou lutter contre les maladies nosocomiales. De même, connaître sa propre consommation d’énergie et celle de ses voisins conduit à d’importantes économies et à une diminution des émissions de CO2.

 

L’open data est profitable à tous les secteurs et à tous les acteurs. Mais pour vaincre les craintes – souvent légitimes – sur la propriété intellectuelle ou la protection de la vie privée, les consommateurs, les entreprises et les pouvoirs publics devront travailler ensemble pour définir les standards d’analyse des données, mais surtout les règles de confidentialité et de protection de la propriété.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Un article (en anglais) sur le rôle des gouvernements dans l’open data,
et un article sur les nouveaux marchés liés à l’accès à ses propres données,

 

 

A lire sur Business-Analytics-info.fr :

L’analyse des données des urgences améliore les chances du patient,
et Le virage stratégique et analytique de The Weather Company,