Visualisation des données : concilier autonomie des utilisateurs métiers et contrôle du département informatique

Avec le développement combiné de l’internet des objets, des réseaux sociaux et de la numérisation des processus métiers, les sources de données se multiplient dans l’entreprise. L’analyse de ces données – le plus souvent non-structurées – nécessite de nouvelles compétences et de nouveaux outils. La nouvelle génération d’applications analytiques répond aux exigences des utilisateurs métiers qui cherchent des solutions plus faciles à prendre en main et plus réactives. Mais avec cette agilité accrue, ces applications sortent de plus en plus souvent du giron de la Direction informatique, au risque de créer des silos. La solution ? Une application de visualisation de données qui concilie agilité, performance et gouvernance.

Selon le vice-président de la Recherche chez Gartner, cette tendance lourde dans l’évolution de la Business Intelligence est caractérisée par 3 principes : la transparence (les entreprises partagent de plus en plus de données avec l’extérieur : clients, partenaires, sous-traitants, …) ; la personnalisation (chaque département et surtout chaque client présente des besoins propres qu’il convient de prendre en compte) et l’accélération des prises de décision due à une concurrence accrue. A mesure que se multiplient les sources et les volumes de données utilisés dans l’analyse, il devient de plus en plus essentiel de soigner la restitution, notamment via des représentations visuelles et interactives rendues possibles grâce aux fonctions de visualisation.

 

En facilitant l’analyse, la visualisation de données contribue à démocratiser la Business Intelligence.  Comme l’a démontré Aberdeen Group*, les entreprises proposant des fonctions de visualisation de données à leurs collaborateurs affichent un nombre d’utilisateurs des applications de Business Intelligence plus important que celles qui n’en proposent pas. Parallèlement, la visualisation facilite et accélère l’accès à l’information, et permet aux utilisateurs métiers de devenir plus autonomes dans leur travail quotidien : ils s’affranchissent de la tutelle des départements informatiques pour développer eux-mêmes leurs rapports et leurs propres analyses et ceci dans un délai beaucoup plus rapide.

 

Si le périmètre principal des solutions de Business Intelligence était le département dans les années 90 et le métier dans les années 2000, avec les Big Data et la visualisation de données, c’est désormais l’ensemble de l’entreprise et de son écosystème qui est ciblé. Autre évolution majeure : la Business Intelligence devient mobile : on accède désormais de plus en plus souvent aux analyses via des smartphones ou des tablettes, ce qui implique une attention spécifique en matière de sécurité.

 

Cette autonomisation des utilisateurs métiers pose des problèmes accrus de contrôle et de gouvernance, alors que les Directions informatiques ont un important rôle à jouer dans la centralisation des données, leur contrôle, leur sécurisation et leur qualité. Le livre blanc que nous vous proposons aujourd’hui illustre les bénéfices des solutions de visualisation de données à travers la description de plusieurs exemples d’utilisation – Aéroport de Francfort, Telecom Italia, Generali Grèce, Uniporc Ouest, Immoweb.

 

Télécharger le livre blanc de SAS sur la visualisation des données (sur inscription)

 

 

En complément :

*l’étude d’Aberdeen Group (sur inscription)
et un exemple de visualisation de données éclairante centré sur les conférences TED.

 

A lire sur Business Analytics Info :

« Mieux voir pour mieux comprendre »
et « Analytique 3.0 : vers une économie de l’information ».