La valeur des big data dépend de la confiance des clients

Les entreprises et les organisations qui inspirent confiance à leurs clients et à leurs usagers auront accès à plus de données que les autres, données dont elles pourront tirer un réel avantage concurrentiel. Mais la confiance est fragile. Charge aux entreprises de la susciter et de l’entretenir.

On parle sans cesse des big data et de la valeur qu’elles peuvent apporter aux entreprises et organisations, mais on parle beaucoup moins des moyens permettant d’obtenir ces données et de s’assurer de leur pertinence, sachant qu’il s’agit généralement de données sensibles et personnelles. Les clients et les usagers sont souvent prêts à donner des informations, mais ils veulent être sûrs de l’usage qu’en feront les entreprises et connaître les cadres dans lesquels elles exploiteront ces données.

 

Selon le Boston Consulting Group (BCG), les entreprises qui sauront inspirer confiance à leurs clients augmenteront les volumes de données collectées d’un facteur 5 à 10. Et celles qui sauront bâtir une vraie stratégie big data obtiendront un solide avantage concurrentiel.

 

Les révélations des écoutes par la National Security Agency (NSA) de tous les échanges électroniques ont mis à mal beaucoup des efforts des entreprises dans ce domaine. Le risque pour ces dernières est que, sans cette confiance, elles ne parviennent pas à tirer tous les bénéfices escomptés des big data. Toutefois, elles sont en mesure d’instaurer et de maintenir la confiance de leurs clients à l’aide de codes de conduite, de chartes et de mise en conformité, et surtout en mesurant régulièrement auprès de leurs clients la confiance qu’elles leur inspirent !

 

Lire l’article (en anglais)

 

 

En complément :

Un article sur l’étude menée par le BCG,
et
un article (en anglais et sur inscription) sur la méfiance des Européens,

 

 

A lire sur Business-Analytics-info.fr :

« Distribution : vers une stratégie gagnant-gagnant »
et
« Que valent nos données personnelles »