Big data, facteur de puissance des Etats modernes

La nécessité de développer des services en ligne alliée à la contrainte économique qui pèse sur les budgets publics incite les gouvernements à affiner leurs stratégies numériques. Rester compétitif implique pour les Etats d’investir dans les outils et les compétences liées aux big data et aux solutions analytiques. Il en va de la performance globale d’un pays, dans les composantes à la fois publiques et privées de son économie.

Les débats sur la sécurité nationale et l’espionnage numérique ne doivent pas occulter un point crucial : investir dans les technologies de l’information, et en particulier dans les big data et les solutions analytiques, conditionne la puissance actuelle et future d’un pays. Si les enjeux de sécurité nationale et de lutte contre la fraude sont les premiers motifs des projets publics dans ce domaine, la performance des services publics et les impacts sur l’économie privée doivent tout autant être pris en compte.

 

Dans la course internationale à la compétitivité, les pays émergents comme l’Inde ou la Chine sont particulièrement actifs à travers d’importants investissements publics dans les solutions et les compétences liées aux big data. Pour préserver leur performance, les Etats occidentaux, dont le Royaume-Uni pris en exemple dans cet article, doivent en faire tout autant.

 

De fait, les Etats disposent des bases de données les plus riches, véritables mines d’or qu’ils doivent être en mesure d’exploiter afin de fournir des services publics plus en phase avec les attentes des citoyens, et de mieux répondre aux interrogations des acteurs politiques. Pour cela, les institutions publiques doivent former leurs propres experts analytiques, afin de ne pas accentuer la pénurie de spécialistes en ce domaine, rareté déjà fortement perceptible dans le secteur privé.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément,
les prévisions 2014 de Gartner pour le secteur public (en anglais), en particulier sur l’open data et les solutions analytiques 
et un article (en anglais) sur l’apport des big data dans la lutte contre la fraude aux services publics

 

Egalement, quelques exemples internationaux d’engagements publics en faveur des projets big data, comme en Corée du Sud  ou au Brésil

 

A lire sur Business-Analytics-Info.fr  :
« Plan de soutien gouvernemental à la filière française des big data »
et « Les données au service des politiques locales »