Suivre les oiseaux à la trace dans le monde entier

Grâce à la participation de milliers d’amateurs à travers le monde, le réseau eBird répertorie et comptabilise les oiseaux et leurs mouvements en temps réel. Ces données, qui peuvent à présent être visualisées sur des cartes dynamiques, servent à prendre des décisions dans de nombreux projets.

Passionnés et amateurs, ils sont des milliers dans le monde entier à contribuer au réseau eBird, développé par l’organisation non gouvernementale « Cornell Lab of Ornithology » de l’université Cornell (état de New York, Etats-Unis). Ce réseau, créé en 2002, répertorie les oiseaux, espèce par espèce, leur nombre et leurs mouvements tout autour de la planète, en temps réel et tout au long de l’année, grâce à ces contributeurs bénévoles.

Ces amateurs, autant de « capteurs » humains, détectent, identifient, dénombrent les espèces et remontent les informations au réseau qui les consolide. Ces informations sont d’autant plus précieuses que les capteurs habituels ne pourraient pas identifier une espèce, même de façon approximative, et compter le nombre de spécimens présents.

Les données ainsi collectées ont permis la réalisation de cartes dynamiques sur lesquelles les scientifiques et les chercheurs de différentes disciplines visualisent les mouvements des oiseaux. Depuis sa création, le réseau a consolidé 141 millions de rapports en provenance de 169 pays et en croissance de 40% par an !

La démarche scientifique de certains contributeurs est parfois approximative, mais les informations servent à prendre des décisions dans des domaines aussi variés que l’immobilier, l’énergie, l’agriculture ou l’environnement. Et les scientifiques découvrent que des espèces qu’ils croyaient éteintes ou en voie de disparition ont choisi d’autres points de chute lors de leur migration ou se sont réimplantées dans une autre région.

 

Lire l’article (en anglais)

 

 

En complément :

un article (en anglais) sur l’apport des big data à l’environnement,

et

un article (en anglais) sur un autre exemple de crowdsourcing, dans le secteur de la santé

 

 

A lire sur Business-Analytics-info.fr :

« Une base de données pour détecter les risques de génocides »

et

« Les Big Data au service d’initiatives citoyennes kényanes pour l’accès à l’eau »