A quoi servent ces données qui sortent de nos poubelles ?

Les données collectées sur nos comportements et nos modes de consommation servent essentiellement aujourd’hui à nous faire acheter plus, à cibler la publicité ou à cerner certains clients. Leur analyse pourrait pourtant aider les villes à devenir plus vertueuses. L’usage des big data aiderait les municipalités à mieux gérer leurs ressources, à réduire leurs dépenses ainsi que leur empreinte carbone.

Le Massachusetts Institute of Technology, le célèbre MIT, s’est livré à une curieuse expérience. Le projet Trash Track – littéralement « suivi d’ordures » – a consisté à pister 3000 déchets de tous genres depuis la poubelle dans laquelle ils avaient été déposés jusqu’au site où ils devaient être traités, recyclés, etc. Le but de ce projet était de savoir ce qu’il advenait réellement de ces déchets, jusqu’à quelle distance ils étaient transportés, s’ils allaient dans le site de recyclage adapté, etc. Pour cela, l’équipe avait muni chaque ordure d’une étiquette électronique, un micro-tag.

Le résultat fut édifiant, montrant que si la quasi-totalité des villes ont mis en place un système de tri, bien peu s’assurent du suivi et du réel recyclage des déchets. L’auteur en conclut que si les villes savaient se servir des données dont elles disposent, elles pourraient mieux exploiter leurs ressources et réduire en conséquence les coûts des services.

Mais un autre exemple donne une conclusion bien différente. Certaines poubelles destinées au recyclage installées dans Londres et équipées de WiFi identifiaient le mobile de la personne qui jetait quelque chose. Les poubelles pouvaient ainsi reconnaître le mobile lors d’un prochain passage et lui envoyer des publicités ciblées. La ville a rapidement interdit cette collecte d’informations.

Morale de ces histoires de poubelle, la collecte et l’analyse des big data n’en est qu’à ses débuts et se limite encore trop souvent à des usages commerciaux et marketing. Alors qu’il est possible dedévelopper tant d’autres usages !

 

Lire l’article (en anglais)

 

 

En complément :

Un article (en anglais) sur le rôle essentiel des statistiques,

 

et un autre sur les big data dans les villes intelligentes

 

 

A lire sur Business-Analytics-info.fr :

Les services urbains de Nice innovent grâce aux big data

et

Données personnelles: une mine d’or pour l’économie numérique