Les soldes de Thanksgiving dopées aux Big Data

Une étude réalisée par la NRF (National Retail Federation) montre que l’utilisation d’internet a stimulé les soldes de Thanksgiving. De même, le « Black Friday » – jour de soldes après Noël – a vu les ventes via ce canal croître de 26% par rapport à 2011. La technologie a dopé les ventes, créant ainsi un consommateur hybride – « l’omni-consommateur » ou « consomm’acteur » – capable de réaliser un acte d’achat via divers outils de communication (téléphones portables, médias sociaux, supports numériques, services géolocalisés) et une gamme étendue de canaux (magasins, Internet, call-centers…). Les acteurs de la distribution et du e-commerce se sont mis au diapason pour cerner au plus près les attentes, voire susciter l’acte d’achat, dans le cadre d’une démarche visant à optimiser l’expérience client sous toutes ses formes.

Les Big Data offrent des opportunités d’autant plus intéressantes du point de vue stratégique, financier et concurrentiel que les consommateurs sont demandeurs d’offres multicanal, surtout en période de soldes. Les réseaux sociaux permettent, entre autres, de mieux cerner les attentes, d’améliorer la couverture commerciale et de définir des actions ciblées telles que des campagnes de promotion, des coupons fidélité, des cartes de membres, etc.

La panoplie des méthodes mises en œuvre par les distributeurs est très vaste. Tout d’abord, l’analyse la plus fine des données issues de la supply chain offre une visibilité précieuse sur les besoins et pratiques des clients. Ces données sont littéralement disséquées sous toutes les coutures pour proposer aux consommateurs les produits qu’ils attendent. Ensuite, la circulation en interne des informations les plus pertinentes sur les consommateurs est cruciale. Des algorithmes tirant parti des Big Data permettent de mettre en œuvre une stratégie de prix en temps réel et de suivre les évolutions de la concurrence. Par ailleurs, le développement d’une relation personnalisée avec le consommateur favorise une optimisation des ventes dans des proportions  considérables (plus de 10%). Enfin, pour contrecarrer l’effet « vitrine », des sites dédiés, consultables via des téléphones portables, offrent des comparatifs instantanés aux internautes qui n’ont plus besoin de se déplacer.

Les distributeurs se servent depuis longtemps de l’analytique et des Big Data, avec des retours sur investissements gigantesques. Il est certain que les leviers employés par les grandes enseignes en ligne auront un effet d’entraînement sur d’autres secteurs industriels, notamment en B-to-B, étant donnés les enjeux énormes en termes d’avantage concurrentiel.

Lire l’article (en anglais)

En complément : Un article sur l’utilisation des nouvelles technologies pour exploiter de larges volumes de données dans de nombreux domaines commerciaux et sociétaux et un article (en anglais) sur les avantages offerts par l’utilisation des Big Data aux  plus gros distributeurs.

A lire sur Business-Analytics-Info.fr : « SFR améliore sa connaissance client grâce à l’analyse de Big Data  » et « Spécial grande distribution : Edito & Trois questions à Frank Rosenthal ».