Le storytelling : élément essentiel d’une stratégie d’analyse prédictive

On savait déjà que la guerre des talents analytiques était déclarée, mais on la pensait cantonnée aux compétences statistiques et informatiques. C’était oublier un peu vite qu’au-delà des problématiques techniques, voire mécaniques, l’interprétation des données obtenues par la mise en place de modèles complexes d’analyse prédictive ne va pas de soi. Explications.

Dans le domaine de l’analytique, la guerre des talents a été déclarée. Avec la démocratisation des techniques analytiques, la demande de compétences spécialisées augmente, mais l’offre peine à se mettre à niveau. Mais si l’on savait que les profils analytiques et principalement les statisticiens étaient les plus demandés, d’autres profils, moins évidents à première vue, aiguisent les appétits.

Selon cet article, c’est le cas des spécialistes du « storytelling » (méthode utilisée en communication basée sur une structure narrative du discours qui s’apparente à celle des contes et des récits, selon wikipedia). Prenant comme exemple, le film « Moneyball », l’auteur explique qu’au-delà des experts de la modélisation, les entreprises doivent disposer de professionnels capables d’interpréter les résultats des analyses prédictives en termes métiers. Car la sélection, la manipulation et le formatage des données ne représentent que la moitié du projet. L’autre moitié, apportant autant de valeur ajoutée, consiste à donner du sens aux données ainsi  obtenues.

Lire l’article (en anglais et sur inscription)

En complément : un article (en anglais) offrant plusieurs illustrations de ce thème et une analogie tableaux de bord/storytelling.

A lire sur Business-Analytics-Info.fr : « A la recherche des compétences analytiques : 3 témoignages »