STATLIGHT

Les statistiques étaient définitivement rangées dans la catégorie des jouets pour « matheux » ? Avec la fulgurante ascension de l’analytique et des Big Data, elles reviennent sur le devant de la scène… en habit de lumière…

Selon LinkedIn, le nombre de nouveaux postes créés entre 2009 et 2011 et relatifs à l’analytique ou plus généralement aux « Sciences des données » a augmenté de 53%. Et les Universités confirment cette tendance en publiant des chiffres qui attestent ce regain d’intérêt vis-à-vis des cursus analytiques. Et avec les Big Data, les perspectives d’emploi sont très optimistes.

Les entreprises telles que Google ou Facebook, sont à l’origine de cette évolution qui se répand rapidement à d’autres secteurs : finances, marketing, paris en ligne, etc. Si le travail de statisticien reste toujours réservé à des experts en mathématiques, il ne se suffit pas à lui-même et est toujours en rapport avec d’autres disciplines – économie, biologie, etc.

Lire l’article (en anglais)

En complément : Eclairage (en anglais) portant sur le secteur des télécoms et expliquant les raisons de ce mouvement vers l’analytique ; et un article (en anglais) de Computer Weekly reprenant les conclusions d’une étude de Gartner insistant sur la nécessité de « professionnaliser » l’approche analytique des entreprises .