Analytique dans les entreprises : en progrès, mais peut mieux faire

Une étude de Bloomberg réalisée pour SAS dresse un état des lieux de l’analytique aujourd’hui. Si son adoption s’est désormais généralisée à l’ensemble des entreprises, beaucoup de chemin reste à parcourir avant de remplacer la bonne vieille feuille de calcul. Analyse des principales conclusions.

Les bénéfices de l’analytique ne font plus débat : 97% des entreprises ayant participé à cette enquête de Bloomberg Businessweek Research Services déclarent l’utiliser, sous une forme ou une autre (contre 90% en 2009). D’ailleurs, selon IDC, elle fait aujourd’hui partie des deux principales priorités informatiques des entreprises.

Pourtant, ces dernières doivent parcourir une courbe d’apprentissage particulièrement exigeante, dont elles ne sont aujourd’hui qu’aux premières étapes. Par exemple, une majorité des entreprises déclare que leur principal outil reste les feuilles de calcul (61%), ce qui traduit une utilisation sur une échelle réduite (un ou deux départements). La mise en place d’une stratégie analytique et de technologies associées, couvrant l’ensemble de l’entreprise, voire du groupe, reste une étape majeure qu’un tiers seulement ont explorée.

D’ailleurs, les entreprises admettent avoir adopté une démarche prudente, l’accroissement de leur utilisation restant modérée.  Et elles reconnaissent que l’intuition –les raisonnements basés sur l’expérience – reste un élément fort de la prise de décision.

Lire l’article (et lire l’étude après inscription)