Smart city et réseaux sociaux pour redynamiser l’engagement citoyen

Et si les réseaux sociaux et le concept de smart city étaient faits pour s’entendre ? Découvrons-le avec Mayra Pedraza, spécialiste marketing du programme Education de SAS UK, qui s’est penchée sur les facteurs qui pourraient contribuer à redynamiser l’engagement citoyen.

La politique est un sujet qui suscite la controverse, et pas simplement d’un point de vue philosophique. Différentes composantes de la société ont des niveaux d’engagement très différents. Plusieurs facteurs peuvent l’expliquer, mais la vraie question est de savoir comment le gouvernement peut-il redynamiser l’engagement des citoyens dans la vie publique et politique? Nous pensons qu’une des solutions consiste à créer un dialogue constructif entre le gouvernement et la population. Cependant, un tel engagement ne peut exister que lorsque les citoyens sont enthousiasmés par quelque chose qui les passionne profondément. Quoi de mieux que l’endroit où ils habitent? De nombreuses administrations centrales et collectivités locales en Europe et dans le monde commencent à développer leurs stratégies de villes intelligentes ou « smart cities », et nombre d’entre elles mettent déjà en œuvre des composants clés, tels que les systèmes de transport et d’énergie.

 

Les Smart cities incitent à l’engagement

 

Transformer profondément l’environnement physique nécessite l’adhésion de toutes les parties concernées, à savoir les résidents locaux, les entreprises, les groupes sociaux, les activistes environnementaux et les fournisseurs d’équipements et de services publics. Un projet de ville intelligente crée un environnement politique dynamique et animé, car il est essentiel que les voix de tous, aussi bien particuliers que professionnels, soient entendues, mais aussi que tous contribuent au débat.

Cette simple démarche de communication à double sens contribuera significativement à favoriser l’engagement et la confiance. Comment rassembler et analyser autant d’opinions, de besoins et de souhaits à grande échelle? Comment ces points de vue peuvent-ils être utilisés pour élaborer des politiques et prendre des décisions, prévoir la demande d’infrastructures, anticiper les coûts et évaluer les risques des projets?

 

 

Comment le secteur public peut s’appuyer sur l’analyse des réseaux sociaux

 

Nous pouvons voir de nombreuses utilisations de l’analyse des réseaux sociaux dans le secteur privé. Par exemple, les organisations recueillent des informations utiles pour les cycles de développement de produits auprès de fans passionnés de la marque et remontent à travers les médias sociaux le ressenti des clients vis-à-vis des services clients.

 

Ce concept n’est pas non plus entièrement nouveau dans le secteur public. En 2012, le gouvernement islandais a utilisé l’analyse des médias sociaux dans son cycle d’élaboration de politique, en utilisant Facebook pour solliciter l’avis du public sur certains aspects de sa nouvelle constitution. À peu près au même moment, le Ghana et la Tanzanie utilisaient également des plates-formes de médias sociaux pour recueillir des réactions de la population sur leurs constitutions.

 

Solliciter le public avec la promesse qu’il sera entendu nécessite une planification conséquente. Si le projet ne réussissait pas, vous risqueriez de vous mettre à dos un public qui vous était indifférent. De nombreux facteurs sont à prendre en compte, et l’équipe SAS peut vous assister dans cette démarche. Mais voici déjà les trois principaux facteurs.

 

  1. Attention au dimensionnement

Planifiez attentivement le dimensionnement de votre projet. Assurez-vous d’avoir la bonne organisation pour le volume d’engagement numérique que génèrera l’ouverture des médias sociaux pour un dialogue à double sens. Bien qu’il s’agisse d’une question d’infrastructure, c’est également un challenge en termes de ressources humaines. Il est nécessaire que des personnes qualifiées gèrent les communications. Des retards dans les réponses et la diffusion des informations sur les projets politiques peuvent rapidement réduire les niveaux d’engagement.

 

  1. L’accessibilité pour tous

Toutes les plateformes de médias sociaux ne sont pas comparables – ou plutôt, elles ne sont pas toutes utilisées par les mêmes populations. Il est clair que les outils utilisés ne sont pas les mêmes selon les segments démographiques. Votre plan d’action doit prendre en considération ces différents segments. En outre, il y aura toujours des citoyens et des organisations qui préfèreront les canaux traditionnels, comme le papier ou le courrier électronique. Vous devez réfléchir à la manière dont vous allez combiner les analyses des « sentiments » de ces personnes avec les résultats collectés via les médias sociaux.

 

  1. Des outils d’analytique adaptés

Vous devez évaluer l’évolutivité, la sécurité et la robustesse statistique de votre plate-forme analytique. Peut-elle exécuter des analyses en même temps que la collecte des données (« on the edge »), en temps réel ? Permet-elle facilement de créer une modélisation de scénario – ce qui sera essentiel lors du déploiement de l’analyse des sentiments via les médias sociaux dans un programme de ville intelligente? Peut-elle gérer et préparer de multiples sources et types de données pour le processus analytique avec un minimum de temps, d’efforts et de coûts?

 

Enfin, faire fonctionner des programmes d’engagement citoyens d’une telle complexité requiert des capacités d’analyse et une expertise avancées, du moins lors de vos premières initiatives. SAS possède 40 ans d’expérience dans le domaine de l’intelligence artificielle – plus spécifiquement de l’apprentissage automatique (machine learning) – que ce type d’analyse des médias sociaux nécessite. Et nous avons beaucoup d’expérience pratique que nous sommes heureux de partager.

 

Pas prêt pour la smart city ?

 

Bien entendu, il n’y a aucune raison pour que votre stratégie d’engagement citoyen c ommence par une consultation à propos de la « ville intelligente ». Nous reconnaissons simplement que la plupart des citoyens sont profondément attachés à certains lieux. Vous pouvez aussi déployer votre premier programme de consultation sur tout changement important de politique ou le développement de nouveaux services publics. Si vous souhaitez explorer les utilisations de ce type d’analyse avancée, ou de toute autre solution, n’hésitez pas à nous contacter pour en discuter.

 

Lire d’autres articles du blog SAS sur la thématique « secteur public »