L’intelligence artificielle au cœur de l’industrie des télécoms

Comme d’autres, le secteur des télécommunications est bousculé par de rapides évolutions technologiques. L’intelligence artificielle s’avère indispensable pour répondre efficacement aux attentes des consommateurs et à l’explosion des objets connectés. Elle permet notamment une meilleure gestion du réseau et une réduction des coûts opérationnels.

Selon la société de conseil technologique Tractica, l’industrie des télécommunications devrait investir annuellement plus de 35 milliards de dollars d’ici 2025 dans des solutions d’intelligence artificielle (IA). Cet engouement s’explique par le potentiel de cette technologie pour accroître la productivité et l’efficacité, réduire les coûts et améliorer la qualité de service. Les défis que doit relever le secteur sont en effet importants : le nombre d’appareils reliés aux réseaux est démultiplié en raison du boom de l’Internet des objets (IoT), tandis que les consommateurs attendent davantage de services.

 

L’IA joue un rôle grandissant dans la sécurité des réseaux de télécommunication

 

Dans les années à venir, la majorité (61 %) des investissements des acteurs des télécoms en matière d’IA concerneront la surveillance et la gestion de l’exploitation du réseau, selon Tractica. La maintenance prédictive, qui repose sur l’analyse d’une quantité massive de données, est notamment vouée à se développer pour anticiper toutes sortes de problèmes techniques pouvant survenir sur les réseaux, des antennes relais jusqu’aux décodeurs installés dans les maisons. Par ailleurs, les capacités de communication des systèmes d’IA — agents conversationnels (chatbots), reconnaissance et synthèse vocale — peuvent être mises en œuvre afin d’automatiser des services client incluant le support à distance ou la consommation de contenu, engendrant d’importantes économies.

Enfin, l’intelligence artificielle joue un rôle grandissant dans le domaine de la sécurité des réseaux de télécommunication. Les technologies d’apprentissage automatique, en particulier, peuvent contribuer à identifier des anomalies ou des comportements inhabituels, signes d’une éventuelle cyberattaque. L’IA ouvre aussi d’autres perspectives en matière d’authentification par le biais d’outils de reconnaissance faciale et biométrique. Par exemple, Mastercard propose désormais un service permettant aux acheteurs de s’identifier très simplement en touchant l’écran de leur smartphone ou en clignant des yeux face à leur appareil.

 

Lire l’article

 

En complément :

une tribune (en anglais) sur le mésusage du terme « IA » par les acteurs de télécoms

et une vidéo au sujet de l’utilisation de l’IA pour lutter contre le phénomène du « SIM swap »