Compétences : traduire les enjeux business en questions d’analytique

Intégrer l’analytique au sein de l’entreprise nécessite plus que des technologies. Savoir définir les problématiques commerciales et opérationnelles de l’entreprise est la première étape nécessaire avant d’employer des outils d’analyse de données pour résoudre ces problèmes. C’est la mission des « traducteurs », des employés de l’entreprise, qui connaissent ses activités et vivent sa réalité sur le terrain.

Accélérer l’adoption de l’analytique tout en respectant la courbe d’apprentissage des traducteurs eux-mêmes

 

Beaucoup d’entreprise cherchent actuellement à accélérer l’adoption d’une stratégie d’analytique mais se heurtent à la difficulté de trouver ces traducteurs, relais de transformation indispensables dès le début du projet. Car la courbe d’apprentissage pour amener l’ensemble des salariés à intégrer l’analytique dans leurs pratiques est raide. A long terme, cette fracture entre les collaborateurs aguerris à la data et l’ensemble des équipes disparaîtra, mais elles ont besoin de l’analytique dès à présent pour répondre à la pression concurrentielle.

 

Les traducteurs ont eux aussi besoin d’un temps d’adaptation et d’immersion pour pouvoir observer les pratiques sur le terrain et appliquer à des cas concrets les concepts de modélisation de données appris lors de formations complémentaires. Cette courbe d’apprentissage pose les bases sur lesquels le traducteur s’appuiera pour travailler au sein d’équipes pluridisciplinaires, reproduire des process afin de les modéliser, et évaluer la pertinence de solutions possibles pour les réinventer.

 

Former les traducteurs et les positionner au bon endroit dans l’entreprise

 

Combien de traducteurs déployer dans l’entreprise et où les positionner ? Impossible de répondre à cette question sans une revue amont de la stratégie d’analytique de l’entreprise. D’une manière générale les traducteurs ont besoin d’exercer leur fonction dans des business units, en proximité immédiate avec les opérations, les équipes, les clients, que ce soit au sein d’une usine, de magasins, ou encore d’un call center. C’est cette proximité, et la connaissance des métiers qu’ils ont eux-mêmes exercés, qui permet aux traducteurs de détecter les usages possibles pour les méthodes d’analytiques. Il est donc préférable de détecter au sein des équipes les collaborateurs ayant les qualités de traducteurs (aisance à travailler avec les chiffres, qualités de gestion de projet, esprit entrepreneurial) plutôt que de recruter de nouvelles personnes qui ne connaitraient pas les rouages internes. Une formation complémentaire leur permettra ensuite d’acquérir les compétences techniques et les méthodes d’analytique nécessaires au métier de traducteur.

 

Une semaine pour acquérir les bases de l’analytique

 

La capacité à détecter et développer des cas d’usage est une compétence clé du traducteur. Une formation aux fondamentaux de l’analytique est donc nécessaire et peut être réalisée sur une semaine couvrant les techniques pour prioriser les cas et définir leur périmètre, les méthodologies de recherche de solutions (du brainstorming à l’interprétation des résultats), les différents types d’approches analytiques (descriptives, prédictives, et prescriptives), la découverte des algorithmes les plus courants (arbres de décisions, réseaux neuronaux, forêts d’arbres décisionnels), et les méthodes agiles. Enfin, les traducteurs auront besoin d’être sensibilisés aux difficultés qui pourront bloquer la mise en œuvre des solutions proposées, comme par exemple les barrières culturelles.

 

Le parcours de formation complet d’un traducteur en analytique nécessitera en fait 6 à 12 mois, puis un perfectionnement permanent, avec des formations complémentaires aux langages de programmation comme R ou Python, et aux algorithmes plus complexes. Enfin c’est en développant plusieurs cas d’usages, et en travaillant avec leurs pairs, que les traducteurs développent leurs compétences, tout comme des étudiants en langue deviennent bilingues après une immersion dans un pays avec ses habitants.

 

Lire l’article