Sécurité : l’IA pour mieux évaluer la valeur des données de l’entreprise

Confier l’intégrité de ses données à un service de sécurité informatique est une pratique courante pour les entreprises. Mais les spécialistes en sécurité mésestiment souvent la valeur des données à protéger, augmentant à la fois les risques et les coûts pour l’entreprise. Les technologies d’intelligence artificielle peuvent contribuer à améliorer la gestion de la sécurité des données.

Quel est le point commun entre le compte-rendu confidentiel d’une réunion stratégique et le menu proposé le mois prochain à la cafétéria ? Eh bien, ces deux documents bénéficient souvent du même régime de protection de la part du service de sécurité informatique, qui traite indistinctement les données confiées par l’entreprise en donnant à toutes plus ou moins la même valeur ! Or, les conséquences financières seront beaucoup plus importantes si le premier fuite dans l’espace public après une cyberattaque…

 

L’IA, une approche efficace pour augmenter la valeur des données

 

Une étude récente du Ponemon Institute révèle que l’estimation, par les services de sécurité informatique, de la valeur de documents de Recherche et Développement ou de rapports financiers atteint moins de 50% de la valeur déclarée par les entreprises. Cet écart du simple au double conduit à une sous-estimation des niveaux de sécurité appliqués à ces données sensibles. À leur décharge, les services de sécurité informatique disposent généralement d’une information insuffisante pour évaluer cette importance relative.

Les récentes évolutions législatives en matière de protection des données, comme la mise en application du RGPD européen, ont néanmoins poussé les entreprises à réfléchir à de nouvelles stratégies pour sécuriser leurs données. Des approches plus efficaces, s’agissant des coûts notamment, peuvent être mises en œuvre grâce aux progrès de l’intelligence artificielle (IA). Ces technologies sont désormais en mesure de générer automatiquement et avec un niveau de précision élevé des inventaires de données. Elles peuvent trier, en particulier parmi les informations non structurées qui constituent la majeure partie des données d’entreprise, celles qu’il convient de conserver et le niveau de protection à leur attribuer. Les bénéfices d’une telle approche sont nombreux, comme une diminution des erreurs, une meilleure vision des données à travers l’entreprise ou une augmentation de leur valeur jusqu’à 15 %.

 

Lire l’article 

 

En complément :

un article (en anglais) au sujet du RGPD et de la sécurité des données

et un autre (en anglais) à propos de l’intelligence ambiante comme clé pour tirer de la valeur des données

et un autre (en anglais) sur la gestion des données