L’intelligence artificielle pour la transformation de l’action publique

Mounir Mahjoubi, secrétaire d’état au numérique, a dévoilé le 21 novembre dernier 6 projets retenus pour que l’intelligence artificielle contribue à la transformation de l’action publique. Ces projets seront accompagnés pendant 10 mois par les équipes de la direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’État (DINSIC) et de la direction interministérielle de la transformation publique (DITP).

6 projets d’intelligence artificielle retenus au niveau national

 

Les 6 projets IA retenus reposent sur des technologies comme la reconnaissance visuelle et vocale, l’analyse sémantique ou l’élaboration de modèles prédictifs. Ils permettront d’améliorer les contrôles de la police de l’environnement (un projet de l’Agence française pour la biodiversité), détecter les occupations irrégulières des sols (Direction départementale des territoires et de la mer de l’Hérault), améliorer les traitements post-opératoires (Centre hospitalier universitaire (CHU) de Toulouse), détecter les restaurants présentant des risques sanitaires (Direction générale de l’alimentation), mieux maîtriser les risques et activités nucléaires (Autorité de sûreté nucléaire), répondre rapidement aux questions des usagers grâce à un Voice Bot ou robot d’assistance vocale (Centre national Chèque emploi associatif).

Ces projets sont financés le Programme d’Investissements d’Avenir (PIA). Doté de 57 milliards d’euros piloté par le commissariat général à l’Investissement, a été mis en place par l’Etat pour financer des investissements innovants et prometteurs sur le territoire, avec un principe de co-financement pour chaque projet.

 

Zoom sur un projet IA régional dans le secteur de la santé

 

Deux projets d’intelligence artificielle par des administrations régionales ont été retenus, celui de la Direction départementale des territoires et de la mer de l’Hérault (DDTM) et celui du CHU de Toulouse. Ce projet IA toulousain vise à « Appuyer les médecins dans la préparation des réunions de concertations pluridisciplinaires. L’outil permettra de transformer un compte-rendu médical en un résumé standardisé grâce à l’extraction des concepts médicaux précis issus des textes libres ». L’ambition du projet est d’améliorer la qualité de soins des usagers en permettant aux praticiens de diminuer le temps consacré à la recherche d’information médicale.

 

Pour aller plus loin :

 Le détail de 6 projets retenus ainsi que 16 autres projets dans un article du site Maddyness

L’article du Midi Libre consacré aux projets de deux administrations régionales