Big data : maximiser la valeur des données

Les entreprises ont beaucoup investi dans des programmes de données ces dernières années. 2019 s’annonce comme une année charnière en matière de retour sur investissement. Focus sur les actions que peuvent accomplir les entreprises afin d’optimiser la valeur de leurs données.

Les investissements dans les big data se sont encore multipliés en 2018. Pour l’heure, peu d’entreprises ont atteint la maturité nécessaire permettant de tirer une réelle valeur des différents programmes engagés. Selon Forrester Research, de nombreuses évolutions au cours de l’année prochaine permettront d’approcher cet objectif. La société d’étude des marchés technologiques a livré ses prédictions dans un récent rapport.

 

Adopter une technologie de tissu de données

 

En premier lieu, elle constate que les sources de données et les technologies sont à la fois plus nombreuses et plus complexes que ce que la plupart des organisations avaient initialement envisagé. Le concept de « lac » de données ou data lake s’avère limité pour décrire une telle infrastructure décentralisée. Les entreprises concernées devraient donc adopter une technologie dite de « tissu » de données (data fabric) pour tirer parti d’une multitude de lacs et rivières virtuels qui apparaîtront pour l’utilisateur final comme un seul lac. En outre, la nécessaire gouvernance des “ambient data” (les données ambiantes ou latentes : des données collectées mais non valorisées, par exemple les logs), devrait bénéficier d’outils innovants permettant une mise en œuvre dès le processus de collecte et de préparation. Le déploiement de la politique des données passera à l’échelle grâce à l’apprentissage automatique des interactions utilisateur.

Par ailleurs, Forrester entrevoit pour 2019 une série d’initiatives visant à rationaliser l’usage des tableaux de bord, souvent mal employés par les organisations, entraînant un redéploiement des ressources vers des rapports plus stratégiques. Une autre prédiction concerne l’évolution des compétences en matière de communication interne au sein de l’entreprise. Les collaborateurs disposant d’aptitudes particulières pour le storytelling — comme les analystes de données ou les analystes économiques — sont ainsi voués à devenir des éléments-clé de l’équipe, car les décisions humaines sont aussi fondées sur l’émotion.

 

Conclure des partenariats avec des fournisseurs de services intégrés, nouvelles places de marché pour les données

 

Enfin, l’étude pointe l’échec des approches insuffisamment axées sur les marchés, adoptées jusque-là par beaucoup d’organisations qui peinent à monétiser leurs données. D’après Forrester Research, la solution réside dans la conclusion de partenariats avec des fournisseurs de services intégrés, comme Accenture ou EY, devenus de véritables places de marché dans la nouvelle économie des données. De telles collaborations visent à améliorer la compréhension des cas d’usage, l’identification des clients potentiels, ainsi que le développement de nouveaux produits. Autant de facteurs essentiels à la réussite des projets mettant en jeu des données.

 

Lire l’article 

 

En complément :

Un article sur les “ambient data” (données ambiantes ou latentes)

un article sur l’optimisation du traitement des données

un autre à propos de l’économie des données personnelles