Les promesses du deep learning en ophtalmologie

Une simple image de rétine suffit aujourd’hui à une intelligence artificielle pour détecter à un stade très précoce une grave pathologie oculaire. L’IA est en effet capable de discerner sur une image de nombreux éléments qui échappent à l’œil humain. D’où l’intérêt suscité par ces technologies auprès des ophtalmologues et de la médecine en général.

Première cause de cécité chez les adultes dans le monde, la rétinopathie diabétique est évitable dans 90% des cas, grâce à des contrôles réguliers et à l’administration immédiate d’un traitement adapté. Une surveillance régulière s’impose donc. Dans ce contexte, des chercheurs ont développé un algorithme de deep learning permettant de détecter les prémices de la maladie. Après avoir ingéré des milliers d’images d’yeux sains et d’yeux atteints de rétinopathie diabétique, une intelligence artificielle a donc progressivement appris à reconnaître cette pathologie oculaire et à déterminer son stade éventuel sans la moindre intervention humaine.

 

Des lunettes pour les ophtalmologues

 

D’après Jorge Cuadros, ophtalmologue convaincu par les apports de l’IA, les pathologies oculaires devraient se développer dans les décennies à venir et les spécialistes ne seront pas assez nombreux pour assurer un contrôle efficace de l’ensemble de la population mondiale. Le recours à l’intelligence artificielle s’impose donc pour identifier rapidement les patients ayant besoin d’un traitement. Parallèlement, d’autres applications se dessinent. Compte tenu des capacités de l’intelligence artificielle à distinguer sur des images de rétine ce qui reste souvent invisible à l’œil du spécialiste, le deep learning pourrait également profiter à la détection de maladies cardiovasculaires ou neurologiques.

Si les chercheurs estiment que l’intelligence artificielle devrait bientôt permettre de réaliser des diagnostics plus fiables que ceux des médecins, la reconnaissance automatique des images et la capacité des réseaux neuronaux à « imiter » l’apprentissage humain recèlent encore bien des promesses pour le secteur de la santé. Car si l’intelligence artificielle n’a pas vocation à remplacer les professionnels, elle représente incontestablement un atout pour leur permettre de personnaliser diagnostics et traitements. Reste à adapter les pratiques pour intégrer davantage de techniques basées sur l’IA. Une évolution qui réclame souplesse et ouverture d’esprit de la part des professionnels de santé.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Aux Etats-Unis, la FDA autorise le diagnostic établi par la machine

La Chine recourt à l’IA pour faire face à la pénurie de médecins