L’intrapreneuriat au bénéfice des individus et des organisations

Les grandes entreprises sont nombreuses à lancer leur propre laboratoire d’innovation afin de rester à la pointe de leur secteur. Une aubaine pour les graines d’entrepreneur qui peuvent se lancer à moindre risque. Illustration de ce phénomène, baptisé intrapreneuriat, avec des sociétés majeures comme Ikea, Home Depot ou Accenture.

Les laboratoires d’innovation poussent comme des champignons en automne dans le sillon des grandes entreprises. Plutôt que se voir concurrencer par des start-ups dynamiques, elles préfèrent disposer directement des talents qui pourraient inspirer leur création. C’est pourquoi elles offrent à des individus la possibilité de développer leurs idées innovantes dans un cadre sécurisé, où ils ne risquent ni banqueroute ni perte d’emploi. Une forme de partenariat gagnant-gagnant appelé « intrapreneuriat ».

 

L’intrapreneuriat, un partenariat gagnant-gagnant

 

Chez Ikea, vingt-cinq collaborateurs, épaulés par des spécialistes ou des start-ups pour certains projets spécifiques, travaillent au sein de Space10, le laboratoire d’innovation maison. Son objectif est de relever des défis variés comme l’insécurité alimentaire ou la solitude dans les villes, correspondant à la mission globale du groupe. Les intrapreneurs peuvent collaborer avec des experts d’autres domaines — ingénieur avec agriculteur, par exemple, — et jouissent d’une visibilité accrue.

Le laboratoire d’innovation de Home Depot compte quant à lui huit employés, soutenus par des dizaines d’étudiants de l’institut technologique Georgia, à Atlanta. Son rôle est d’étudier les technologies émergentes pouvant améliorer tant l’expérience client que les opérations internes. Il a ainsi mis au point un empileur de palettes virtuel pour optimiser l’entreposage. Selon un dirigeant, la structure offre aux intrapreneurs un accès à des données réelles pour tester leurs solutions analytiques, ce qui est plus difficile autrement.

 

Lancer des produits en un minimum de temps et à moindre coût

 

Accenture propose une vision quelque peu différente de l’intrapreneuriat, puisque le géant du conseil a déjà lancé 14 centres d’innovations, dont le premier compte 600 salariés à temps plein. L’objectif est d’accompagner ses clients — parmi les plus grandes entreprises mondiales — pour lutter contre leur inertie culturelle en leur fournissant des esprits créatifs en matière de technologie. Cette mise en relation, qui peut inclure des start-ups, vise aussi à lancer des nouveaux produits en un minimum de temps et à moindre coût.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Un article à propos d’intrapreneuriat dans les banques françaises

et un autre (en anglais) à propos de culture intrapreneuriale