Contrôler l’utilisation de ses données personnelles

La métropole lyonnaise multiplie les initiatives pour sensibiliser les citoyens aux risques liés aux données personnelles. La preuve avec le projet « MesInfos », lancé en partenariat avec la Cnil, qui vise à encourager la réappropriation et le contrôle de leurs données personnelles par les individus. Une transition facilitée par le développement de clouds protégés.

Pages consultées, articles achetés, paniers abandonnés, temps passé sur une page… Chaque session Internet génère une multitude de données qui représentent pour les acteurs du digital une ressource précieuse sur le plan commercial. Malgré le renforcement des réglementations sur la protection des données (RGDP), les géants du web continuent d’exploiter les informations que les internautes partagent passivement. Pour Karine Dognin-Sauze, vice-présidente de la Métropole de Lyon, il en va de la responsabilité des acteurs publics d’alerter les citoyens sur les risques encourus.

 

Le « self data » ou comment reprendre le pouvoir sur ses données

 

Le projet « MesInfos », qui a vu le jour en 2012, a pour ambition la création d’une plateforme de « self data » où il revient aux individus qui génèrent des données de définir eux-mêmes les contextes de leur utilisation. L’internaute cesse ainsi de subir et choisit lui-même à quelles fins utiliser ses données. Le projet, porté par 8 entreprises et 300 volontaires, vise à restaurer le pouvoir de l’internaute sur ses propres données.

 

Concrètement, c’est via Cozy Cloud, un cloud dans lequel les données de l’utilisateur sont protégées – au sens où elles ne sont pas retransmises – que l’internaute gère lui-même ses données personnelles. L’interface personnalisable permet non seulement l’ajout d’applications (télécom, banque, santé…) et leur regroupement par centre d’intérêt, mais offre également des passerelles entre elles ou même vers des applications extérieures au cloud. Un moyen de décentraliser ses informations et de les extraire des masses de données personnelles que s’arrachent les géants du web.

 

 

Lire l’article

 

En complément :

Un premier bilan sur les fuites de données personnelles en 2018,
En savoir plus sur le self data.