L’intelligence artificielle revalorise le travail humain

L’une des principales conséquences de la révolution de l’intelligence artificielle (IA) est de changer les valeurs mêmes de notre société. Mais l’idée selon laquelle elle restreindrait les interactions sociales est erronée. Au contraire : à mesure que l’IA s’installe dans nos vies, en particulier au travail, les qualités humaines apparaissent revalorisées.

L’intelligence artificielle (IA) suscite des inquiétudes. La révolution qu’elle engendre, notamment dans le travail, pourrait contredire la théorie économique de la destruction créatrice de Joseph Schumpeter. Mais il existe une autre façon de l’envisager : au lieu de remplacer les humains, la technologie les aidera à repousser leurs limites pour les transformer en « super-collaborateurs ». Dans cette perspective, les profils de spécialistes en IA et d’humanistes — aux qualités empathiques — seront particulièrement recherchés, et un défi majeur du management consistera à les faire collaborer.

L’entreprise va donc devoir s’adapter à une nouvelle situation. Outre l’acquisition de données — carburant essentiel de l’IA —, attirer des talents et les retenir deviendra une nécessité vitale. L’organisation s’orientera vers plus de flexibilité, autant pour s’habituer aux nouvelles façons de travailler de ses partenaires que pour leur permettre d’apprendre et de se former en continu. La fluidité de la relation entre collaborateurs et leur implication dans les projets d’entreprise va devenir clef de voûte de la réussite dans un monde où les repères hiérarchiques traditionnels seront relayés par des modèles de plus en plus coopératifs et participatifs.

 

Lire l’article 

 

En complément :

Un article au sujet de l’automatisation des processus robotiques,

et un autre à propos de la satisfaction des personnes travaillant avec l’IA.