L’avenir de l’assurance passe par l’intelligence artificielle

À quoi ressemblera l’assurance en 2030 ? Personne ne peut le prédire, mais une chose est certaine : les nouvelles technologies comme l’intelligence artificielle et l’Internet des objets auront un impact significatif sur le secteur. Les professionnels doivent s’attendre à des transformations profondes de leur activité.

Les avancées technologiques de la prochaine décennie vont provoquer un bouleversement dans le secteur de l’assurance, estime McKinsey dans une note prospective stimulante. L’intelligence artificielle (IA), en particulier, va transformer l’industrie en profondeur, de la souscription aux appels de fonds, en passant par la distribution et la tarification des produits. Combinée à d’autres technologies comme l’Internet des objets (IoT), l’IA va progressivement déplacer la logique courante du « détecter et réparer » vers une approche « prévoir et prévenir », entraînant les compagnies d’assurance dans une ère de personnalisation et de temps réel.

 

L’IA va bouleverser l’assurance

 

L’explosion des volumes de données issus des objets connectés augurent un avenir où les assureurs disposeront d’informations précieuses pour mieux comprendre leurs clients et leur proposer des produits encore plus adaptés, selon McKinsey. Dans le domaine industriel, l’impression 3D mais aussi la multiplication des robots va modifier l’appréciation des risques. Les assureurs pourront aussi, à travers des protocoles ouverts, avoir un accès direct et permanent aux données de l’IoT pour procéder à ces évaluations. Enfin, l’apprentissage automatique permettra d’ajuster en continu les modèles de risque appliqués.

L’impact de l’IA sur certains aspects métiers de l’assurance sera important. En 2030, écrit McKinsey, la souscription sera accélérée par des algorithmes créant des profils de risque basés sur le comportement individuel. En outre, la logique du partage des biens conduira plus souvent à une assurance à l’usage (ou à la demande) plutôt qu’à la propriété. L’automatisation sera la norme, tandis qu’une tarification adaptée sera disponible en temps réel grâce à une évaluation des risques dynamique, et enrichie par les données internes (venant des modèles de l’assureur) et externes (issues de l’IoT). Par ailleurs, certaines estimations chiffrent à 90 % la réduction du temps passé à la résolution des déclarations de sinistre grâce à cette automatisation. Les services chargés des réclamations se concentreront par conséquent sur la gestion et la prévention du risque.

 

L’IA au cœur de la stratégie d’entreprise

 

Pour McKinsey, les dirigeants doivent clairement prendre conscience des effets de l’IA sur le secteur de l’assurance. Ce qui requiert une transformation stratégique impliquant non seulement la technologie, mais aussi l’opérationnel et les ressources humaines. Les données doivent se trouver au cœur de la stratégie de l’organisation. L’approche « prédire et prévenir » impose aussi de repenser l’engagement client, l’image de marque ou encore la conception des produits. Enfin, l’investissement dans des talents — data scientists, spécialistes du cloud computing, concepteurs d’expérience — nécessite d’être soutenu.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Un article au sujet de l’assurance à la demande,

et un autre à propos de la sécurisation des données par la technologie blockchain.