L’intelligence artificielle va coloniser les usines

Les industriels ont pris conscience du potentiel de l’intelligence artificielle combinée aux big data pour améliorer la productivité. Au-delà de leur intégration dans les équipements de production, les entreprises devront aussi internaliser les compétences afin d’en tirer le plus grand bénéfice. La course à l’industrie 4.0 est lancée.

Selon une enquête récente du Boston Consulting Group (BCG) menée dans 12 pays, 87 % des cadres interrogés prévoient de mettre en œuvre des solutions d’intelligence artificielle (IA) dans leur usine dans les trois prochaines années. Un mouvement de fond qui traduit la prise de conscience des industriels sur le potentiel de cette technologie. L’IA est en effet perçue comme le premier levier d’amélioration de la productivité des usines par près d’un tiers d’entre eux. En outre, son utilisation peut conduire à une réduction des coûts de production – hors matières – allant jusqu’à 20 %, estime le BCG.

Les industriels engagés dans l’optimisation de leurs process recourent déjà aux big data pour créer des modèles prédictifs. Le BCG distingue trois niveaux de maturité dans cette course à l’industrie 4.0 : 1) collecter et organiser des données, 2) procéder à des analyses statistiques classiques, et 3) automatiser la production grâce à des modèles d’intelligence artificielle. Si les équipements sont voués à s’enrichir de capacités d’IA, il sera aussi nécessaire de leur adjoindre les compétences de data scientists. Aussi le BCG recommande-t-il aux entreprises d’accélérer cette intégration pour faire la différence, car les progrès de l’IA sont rapides alors que la courbe de son apprentissage est plutôt lente.

 

Lire l’article

 

En complément :

Un article au sujet de l’étude du Boston Consulting Group sur l’IA dans l’usine du futur,

et un autre à propos d’un rapport de McKinsey sur la création de valeur de l’IA.