Objets connectés : le défi de la régulation

Pour délivrer tout son potentiel, l’Internet des objets (IoT) doit se développer dans un cadre réglementaire adapté. Alors que les entreprises du secteur des télécommunications figurent parmi les plus concernées par ce défi, elles enjoignent les pouvoirs publics à se coordonner pour ébaucher une politique de dimension internationale.

Comment faciliter la progression de l’Internet des objets (IoT) afin que consommateurs, entreprises et institutions à travers le monde entier en tirent tous les bénéfices économiques et sociaux ? Pour les entreprises engagées dans cette course à l’innovation, la réponse n’est pas seulement technique. Il s’agit aussi d’un enjeu politique concernant l’ensemble du secteur des télécommunications, selon Karim Antonio Lesina, vice-président pour les affaires extérieures d’AT&T, dans une tribune publiée récemment par le site NewEurope.

 

AT&T défend une régulation flexible et technologiquement neutre

 

Comme le pointe ce responsable de l’un des plus importants opérateurs américains, les défis de l’IoT sont à considérer d’un point de vue international. D’où la nécessité, pour les autorités de régulation des différents États, d’adopter une approche à la fois cohérente et ouverte afin de favoriser des solutions globales et flexibles, par exemple pour répondre à la nécessité d’une itinérance (roaming) permanente, ou s’assurer que des fréquences sont toujours disponibles afin d’absorber la croissance du nombre d’objets connectés.

Dans cette optique, Karim Antonio Lesina adresse quelques recommandations à l’intention des décideurs politiques. Il les enjoint d’abord à définir un cadre global et consistant, en tenant compte de l’expertise des industriels du secteur. Le dirigeant d’AT&T leur conseille également de promouvoir des solutions interopérables et d’autoriser les échanges de données transfrontaliers. Ce processus devrait être transparent afin de renforcer la confiance indispensable des consommateurs en matière de sécurité et de vie privée. Enfin, pour Karim Antonio Lesina, il convient d’adopter une réglementation à la fois flexible et technologiquement neutre afin d’encourager les initiatives et de protéger les innovations.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Un article au sujet de l’investissement dans la sécurisation des objets connectés,

et un autre (en anglais) à propos de la régulation de l’IoT.