Rapport Villani sur l’IA : les secteurs prioritaires

Le mathématicien et député Cédric Villani a récemment conclu sa mission parlementaire au sujet de l’intelligence artificielle. Son rapport, très attendu, vise à éclairer le gouvernement français sur les choix stratégiques à opérer dans ce domaine. Il pointe en particulier les secteurs de la santé, de l’environnement, du transport et de la sécurité.

En confiant une mission parlementaire sur l’intelligence artificielle (IA) au mathématicien Cédric Villani, médaille Fields (équivalent du Nobel pour les mathématiques), le gouvernement français avait clairement laissé transparaître ses ambitions en la matière. Après six mois d’auditions et de réflexion, l’élu de l’Essonne a donc rendu sa copie « pour une stratégie nationale et européenne » de l’IA. La presse grand public a largement rendu compte des grandes lignes de son rapport, preuve de l’importance des enjeux économiques et sociaux liés au développement de cette technologie.

 

« La France doit prendre le leadership en matière d’IA et d’environnement »

 

Les préconisations de Cédric Villani sont nombreuses et variées. Pour rivaliser avec les États-Unis, le mathématicien recommande par exemple la création de plateformes ouvertes pour collecter et connecter les données spécialisées — comme celles de la santé — entre elles, en tirant parti du nouveau cadre réglementaire européen sur la protection des données (RGPD). Il propose également de tripler le nombre de chercheurs en IA d’ici 2020 et de rapprocher le monde de la recherche des entreprises pour favoriser les transferts de technologie. Enfin, une partie du rapport est consacrée aux questions éthiques.

La réflexion du député se concentre néanmoins sur plusieurs domaines d’intérêt particulier, au sein desquels la France et l’Europe pourraient s’appuyer sur leurs propres « niches d’excellence » pour renforcer leurs écosystèmes respectifs. Ainsi, pour Cédric Villani, la France devrait prendre le leadership en matière d’IA et d’environnement afin de développer des solutions au service de la transition écologique. Pour cela, il conviendrait de libérer, à l’horizon 2019, les données météorologiques, agricoles, d’énergie, de biodiversité, etc.

Autre secteur prioritaire pointé dans le rapport, celui de la santé. Il s’agit d’encourager le développement d’applications d’IA contribuant à améliorer la qualité et l’accès aux soins, comme la détection précoce des pathologies, la médecine des 4P (personnalisée, préventive, prédictive, participative) ou la lutte contre la désertification médicale.

 

Concentrer les efforts sur la santé, l’environnement, le transport et la défense

 

Secteur clé de l’Union européenne, selon le député francilien, le transport figure quant à lui au cœur des promesses de l’IA. Les développements technologiques se focalisent notamment sur le véhicule autonome, les modes de transports durables et l’interconnexion de nouvelles solutions de mobilité. Enfin, avec l’IA, de nouvelles perspectives d’application s’ouvrent pour le domaine de la défense, tant pour les besoins opérationnels des missions régaliennes que pour la transformation de l’administration de l’État. Utiliser cette technologie sera nécessaire pour assurer l’ensemble des missions de sécurité.

Pour Cédric Villani, l’État doit concentrer ses efforts sur les quatre secteurs prioritaires précités, car ils sont susceptibles de cristalliser l’intérêt et l’implication continue des acteurs publics et privés. Il s’agit de canaliser leur énergie pour développer des applications et des usages contribuant à améliorer la performance économique et le bien commun. Outre la mise en place de plateformes sectorielles de mutualisation des données, des ressources logicielles et des infrastructures de calcul, l’élu engage les pouvoirs publics à fluidifier les parcours d’innovation en IA, avec la mise en place de « bacs à sable » bénéficiant d’un allégement temporaire des contraintes réglementaires, d’un accompagnement juridique et de moyens d’expérimentation.

 

Lire une interview de Cédric Villani

 

En complément :

Le rapport de Cédric Villani, « Donner un sens à l’intelligence artificielle – pour une stratégie nationale et européenne »

et ce qu’il faut en retenir selon la presse : FrenchWeb, Le Monde et Sciences et Avenir