Les Asiatiques ont plus confiance dans l’IA que les Occidentaux

Les opinions publiques divergent grandement d’un pays à l’autre quant à la confiance qu’ils accordent aux technologies numériques. Une étude récente de BETC montre que, contrairement aux Occidentaux, les Asiatiques partagent majoritairement une vision positive de l’intelligence artificielle. Ils se rejoignent en revanche sur les données et les réseaux sociaux.

Pour une large majorité de Chinois et d’Indiens, la transformation numérique est synonyme de progrès. Au contraire, les Occidentaux sont plus nombreux à penser qu’ils ont quelque chose à y perdre. Cette divergence constitue le principal enseignement d’une étude annuelle conduite par l’agence de communication BETC, un acteur majeur du conseil aux entreprises en matière de stratégie numérique. Plus de 12 000 personnes dans 32 pays ont été interrogées courant 2017 sur leur regard au sujet des nouvelles technologies.

 

IA : confiance en Chine, inquiétudes en Europe

 

Les questions liées à l’intelligence artificielle (IA), en particulier, tendent à éclairer le fossé qui séparent les opinions publiques. Ainsi, 64 % des consommateurs chinois pensent que l’IA va nous permettre de libérer du temps pour profiter de la vie, contre 31 % seulement aux États-Unis, où les entreprises du secteur sont pourtant à la pointe du domaine. Les réticences concernant les applications de l’IA sont aussi plus importantes en Europe : seuls 16 % des Français acceptent par exemple l’idée que leurs proches puissent les géolocaliser à tout moment grâce à leur smartphone, tandis que 62 % de Chinois aimeraient que leur réfrigérateur connecté commande les courses à leur place.

Les consommateurs des trois continents (Amérique du Nord, Asie et Europe) partagent néanmoins majoritairement les mêmes inquiétudes au sujet de l’usage qui est fait de leurs données personnelles. Selon BETC, les marques doivent en tenir compte en se montrant le plus transparent possible vis-à-vis des utilisateurs. Enfin, l’étude de la société de communication met en relief la prise de conscience, tous pays confondus, des limites des réseaux sociaux, qui amenuiseraient l’esprit critique, d’après environ la moitié des personnes sondées.

 

Lire l’article

 

En complément :

Un entretien avec le député et mathématicien Cédric Villani, chargé par l’État de concevoir un rapport sur l’intelligence artificielle en France,

et une tribune de la vice-président de BETC Digital qui revient sur les principaux chiffres de l’enquête citée dans notre article.