Le bitcoin fait-il le nid de la criminalité ?

La flambée de la valeur du bitcoin a attisé l’intérêt médiatique ces derniers mois. Mais pour l’avocat Frédéric Peltier, les critiques envers la cryptomonnaie qui a popularisé la technologie blockchain manquent encore de sévérité. L’opacité de ses transactions favorise selon lui la criminalité, en particulier le blanchiment d’argent.

Il y a dix ans éclatait une bulle spéculative financière dont les conséquences économiques et sociales se ressentent encore aujourd’hui. Quelques mois plus tard est apparue une nouvelle monnaie « virtuelle », fondée sur la technologie blockchain. Le bitcoin conduira-t-il à un désastre comparable ? Selon l’avocat français Frédéric Peltier, cette issue semble ne faire aucun doute, car la bulle spéculative qui l’entoure ne repose que sur un leurre. Ses inconditionnels auraient donc tort de voir dans cette cryptomonnaie dérégulée un espace de liberté et de progrès.

L’accélération de la spéculation autour du bitcoin attire désormais des opportunistes. Mais le pire, pour Frédéric Peltier, ce n’est pas la pyramide de valeur qui rasera les derniers arrivés lorsqu’elle s’effondrera, c’est l’opacité qui entoure la création de la monnaie ainsi que les transactions. Un système qui favorise le blanchiment de milliards de dollars, faisant, de ce fait, le nid de la criminalité. En résumé, estime l’avocat, promouvoir l’utilisation du bitcoin constitue un encouragement à une association de malfaiteurs numériques. Celle-ci cessera seulement quand les États auront décidé de le déclarer hors-la-loi ou tout au moins de le réguler.

 

Lire l’article

 

En complément :

Une tribune au sujet de la valeur du bitcoin,

et un article à propos des perdants de la chute du bitcoin.