Pour un monde numérique éthique et bienveillant

Le Salon de l’Agriculture, qui représente ce que le terroir a de plus authentique, a également montré que ce secteur a une appétence pour les technologies numériques qui n’a rien à envier à celle de bien d’autres secteurs dits avancés. La Ferme Digitale, qui rassemblait des startups innovantes, n’en était pas la seule illustration. 

Si les agriculteurs – comme les viticulteurs – puisent dans des traditions séculaires pour offrir des productions de qualité, le numérique leur offre aujourd’hui les moyens d’initier une profonde transformation de leurs pratiques pour sortir de la crise qu’ils subissent depuis des décennies. Drones, capteurs, exosquelettes, colliers et tracteurs connectés, investissent peu à peu leur quotidien et les aident à optimiser leur production. Les informations collectées leur permettent de piloter leur exploitation, prévoir leur rendement et anticiper des événements. L’analytique les aide en outre à réduire la quantité de pesticides ou d’intrants pour répondre aux exigences toujours plus « vertes » des consommateurs.

 
Toutefois, le secteur primaire est loin d’être le seul à bénéficier des progrès apportés par le numérique.  L’intelligence artificielle et ses avatars – apprentissage automatique et analyse prédictive –progressent dans l’entreprise. De la démocratisation de ces nouvelles pratiques naît un besoin impérieux d’éthique : il devient essentiel d’analyser et maîtriser l’impact du numérique sur nos façons de travailler, de communiquer, de nous rencontrer et de consommer. Les travaux de la CNIL ou ceux des chercheurs du monde entier qui, réunis à Asilomar, ont édicté un certain nombre de principes pour une Intelligence Artificielle bienveillante, contribuent largement à cette nouvelle réflexion.
Enfin, au-delà des questions éthiques, le numérique s’accompagne de nouveaux risques comme la fraude ou la cybercriminalité, alors que le smartphone devient une sorte de couteau suisse numérique, capable à la fois d’authentifier des paiements, accéder au système d’information de l’entreprise et organiser nos vies numériques.

 
Cette newsletter a pour objet de témoigner de nombre de ces évolutions. L’équipe éditoriale vous en souhaite une très bonne lecture !

 

 

Retrouvez l’intégralité de la newsletter