Le suivi des diabétiques facilité par les objets connectés

Ces dernières années, on a vu apparaître de nouvelles technologies visant à améliorer le quotidien des personnes diabétiques. Les dernières en date conjuguent applications mobiles, objets connectés et intelligence artificielle pour permettre aux malades de suivre facilement, depuis une plateforme unique, leurs taux de glycémie, de glucides et d’insuline.

Voilà déjà quelques années que sont commercialisées des applications mobiles associées à des glucomètres connectés et destinées aux diabétiques. Chaussettes connectées et patch intelligents, pour n’en citer que quelques-unes, partagent donc l’objectif de simplifier le quotidien des personnes atteintes de diabète. Ce marché est en forte croissance, du fait de la multiplication du nombre de patients, non seulement aux Etats-Unis, mais dans le monde entier. Ces applications ont leur limite, en l’occurrence la nécessité de renseigner manuellement les doses d’insuline injectées, un frein manifeste à leur adoption.

 

Améliorer l’expérience utilisateur et développer les connaissances sur la maladie

 

Parmi les dernières innovations en date, l’app mobile de troisième génération conçue par DiabNext, renseigne automatiquement le taux de glycémie tout comme le taux d’insuline grâce à Clipsulin, un objet connecté qui se fixe au stylo à insuline. La solution propose en outre une estimation des glucides ingérés, basée sur les photos des repas pris au cours de la journée. Un concept soutenu par le laboratoire Sanofi, réputé pour son expertise en matière de diabète, dans le cadre d’un projet d’open innovation. Un partenariat précieux pour Sanofi si l’on considère que la plate-forme de DiabNext offre une mine d’informations sur les facteurs favorisant la glycémie, via la collecte de données sur les patients diabétiques.

 

Améliorer le contrôle des patients sur leur régime alimentaire et accroître la visibilité des médecins sur leurs traitements, c’est également le double objectif affiché par Gocap, le capuchon intelligent qui se fixe, comme Clipsulin, sur le stylo à insuline. Pour l’heure encore en phase de test, Gocap pourrait être déployé auprès d’assurances, d’entreprises pharmaceutiques et de réseaux de cliniciens afin de préserver sa gratuité pour les malades. Si l’expérience utilisateur semble bien au cœur des préoccupations de ces start-ups, d’autres travaillent sur des moyens de contourner la douleur, comme en témoigne K’track, le bracelet connecté qui mesure la glycémie sans prélèvement sanguin.

 

Lire l’article

 

En complément :

Les objets connectés à l’écoute de votre santé,

Le diagnostic photo du cancer de la peau.