La Cnil engage une réflexion sur les algorithmes

Tandis que les Français jugent que les algorithmes représentent une question de société importante, la moitié d’entre eux ne savent pas en donner une définition précise. Pour pallier ce manque de culture numérique de citoyens pourtant nombreux à utiliser quotidiennement des services en ligne, la Cnil a lancé une réflexion éthique autour de ces enjeux.

Qu’est-ce qu’un algorithme ? Selon une étude de l’Ifop, un peu plus de la moitié des Français (52 %) se déclarent incapables de répondre précisément à cette question. Pourtant, la majorité d’entre eux (80 %) a parfaitement conscience d’y être confronté quotidiennement à travers des applications ou des plateformes comme Uber, Facebook ou Netflix. Ce constat est l’une des raisons qui a poussé les pouvoirs publics à demander à la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) de conduire une réflexion sur les enjeux éthiques autour des technologies numériques.

À travers ce cycle de débats, d’ateliers et de rencontres, l’institution chargée de veiller au respect de la protection des données personnelles participe à un effort collectif de vulgarisation initié par le gouvernement français. La Cnil doit rendre ses conclusions à l’automne en vue d’accompagner le développement des algorithmes dans un cadre éthique, sur lequel les autorités pourront s’appuyer pour prendre des décisions de régulation. L’État souhaite par exemple obtenir plus de transparence de la part des géants du numérique sur leur usage des données personnelles et les recettes algorithmiques qu’ils emploient.

 

Lire l’article

 

En complément :

Une page détaillant les enjeux du débat « éthique et numérique » engagé par la Cnil,

un article au sujet de l’algorithme régissant la plateforme « admission post-bac ».