Les obstacles sur la route des voitures autonomes

Moins d’accidents, moins d’embouteillages, davantage de mobilité pour ceux qui ne conduisent pas… Avec de telles perspectives, le chemin de la voiture autonome semble déjà tout tracé ! Mais avant qu’elle n’égale en nombre la voiture traditionnelle, il lui reste quelques obstacles à surmonter.

Aussi séduisantes soient-elles, les voitures autonomes vont devoir relever un certain nombre de défis technologiques avant de s’imposer sur nos routes ! En premier lieu : l’appréhension de leur environnement, quelles que soient les conditions climatiques. La neige, par exemple, perturbe encore considérablement la perception qu’un véhicule sans chauffeur a d’une chaussée, même si le couplage de capteurs précis avec des données cartographiques à jour devrait permettre à terme de relever ce challenge. Parallèlement, en présence d’une situation inhabituelle, comme un enfant sur le point de traverser en dehors d’un passage piéton, la voiture autonome peine encore à interpréter les mouvements corporels et autres indices contextuels qui alertent d’ordinaire les conducteurs dans ce genre de situation.

 

Accidents : quels risques ? Quelle gestion ?

 

Le risque d’accident pourrait drastiquement diminuer avec les véhicules sans chauffeur. Toutefois, il ne disparaîtra pas entièrement pour autant. Reste alors à trancher sur la conduite « morale » à adopter par le véhicule lorsque l’accident est inévitable, par exemple par la définition de règles établissant qui des passagers ou des piétons doivent être privilégiés – arbitrage particulièrement délicat dans bien des cas. Par ailleurs, sur le plan de la cybersécurité, l’accès aux mises à jour cartographiques via le cloud expose ce type de véhicules aux risques de piratage, qu’ils proviennent de terroristes ou de criminels susceptibles d’immobiliser un véhicule en échange d’une rançon digitale.

 

Enfin, rappelons que pour l’heure, la grande majorité des véhicules sans chauffeur restent semi-autonomes, ce qui soulève la question de la répartition des rôles et le transfert du contrôle entre la machine et le conducteur. Comment en effet prévenir un passager qui dort que c’est à son tour d’accomplir une tâche ? Comment s’assurer qu’il est prêt à prendre la main ? Autant de questions et de problématiques auxquelles les constructeurs vont devoir s’atteler avant que vous ne songiez à revendre votre berline !

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Le jeu GTA V au cœur des programmes d’AI des véhicules autonomes,

Voiture autonome : le volant a le cuir dur.