Dans des secteurs dynamiques, les données trop anciennes faussent les conclusions

Certaines études sous-estiment la performance écologique de l’énergie photovoltaïque en s’appuyant sur des données obsolètes. Ces observations servent pourtant de base à d’importantes décisions politiques. Un exemple qui illustre l’enjeu crucial de la qualité des informations concernant l’écologie.

L’énergie photovoltaïque, comme le relate Xavier de La Porte sur France Culture, pourrait être sous-évaluée à cause de données obsolètes. En analysant 29 études qui comparent l’énergie produite à celle consommée pour fabriquer les équipements, des chercheurs se sont en effet aperçu que ces documents s’appuyaient sur des informations vieilles de 7 ans. Le photovoltaïque y apparaît bien moins performant que le pétrole et le gaz. Or, des calculs actualisés le montrent aujourd’hui quasiment à jeu égal avec ses concurrents.

 

Les nouvelles technologies amplifient le phénomène

 

Les études environnementales ont toujours soulevé des questions de qualité et de cohérence des informations. En météorologie, par exemple, comment comparer des mesures réalisées dans des pays différents, à des époques différentes, avec des instruments différents, sans fausser les conclusions ? L’arrivée des nouvelles technologies a rendu l’analyse encore plus complexe. Pour être interprétées correctement, par exemple, les images satellitaires nécessitent un imposant travail algorithmique. Un traitement qui peut lui même apparaître comme une source de biais dans les résultats…

 

Pourtant, comme le rappelle le journaliste, ce sont ces données et les études qui les utilisent qui motivent les décisions politiques sur le thème de l’écologie. Et la multiplication des technologies d’acquisition et de calcul font de plus en plus de la qualité des informations et des corrections apportées, des enjeux de société. Une des réponses, comme le suggère Xavier de La Porte, pourrait venir néanmoins du numérique, avec l’ouverture publique des données et des méthodes d’analyse qui permettrait de mieux les connaître et donc d’atténuer les doutes.

 

Lire l’article

 

En complément

Un article d’Actu Environnement sur la mise à disposition de données locales sur l’énergie,

Un autre (en anglais) sur la préservation des données environnementales aux USA sous la présidence Trump.