Les musiciens seraient de bons experts de la cybersécurité

Un lien étroit existerait entre la musique et l’informatique. Appréhender la composition d’un morceau ferait en effet appel à des compétences identiques à celles attendues d’un bon développeur. Dans la cybersécurité, où les profils qualifiés sont rares, la recherche de talents se concentre désormais sur les musiciens.

A l’heure actuelle, dans le monde, plus d’un million de postes seraient à pourvoir dans le domaine de la cybersécurité. Un marché en plein essor qui peine pourtant à localiser des candidats disposant de l’expertise nécessaire. Dans ce contexte, Dale Drew, directeur de la sécurité chez Level 3, une entreprise de services de télécommunication, a cherché à relever des similitudes (autres que leurs compétences informatiques) entre les champions du secteur. Conséquence, il avoue aujourd’hui prêter une attention particulière aux candidatures émanant de musiciens, la pratique d’un instrument s’avérant répandue chez les informaticiens. Plutôt que de se concentrer sur l’expertise limitée des candidats, Dale Drew recherche à présent des profils flexibles, dotés d’une vision holistique de l’entreprise. A cet égard, les musiciens se révèlent souvent des individus créatifs, capables de penser différemment et de bâtir des modèles à partir d’éléments complexes.

 

Le rapport tiendrait à la maîtrise d’un langage autre que verbal et à la capacité à produire quelque chose de nouveau à partir de concepts assimilés. Michael Belton, vice-président R&D chez Optiv insiste sur ce lien cognitif entre musique et technologie, estimant que la pratique de la première facilite la maîtrise de la seconde. Pour Dale Drew, plus largement, tous les candidats justifiant d’une expertise dans les domaines où s’exerce la pensée critique présentent potentiellement des profils intéressants, pourvu qu’ils sachent prendre de la hauteur vis-à-vis de leur travail quotidien et disposent d’une vue d’ensemble de l’organisation. Ce virage dans le recrutement de profils plus créatifs est non seulement en train de modifier l’atmosphère au sein des entreprises, mais pourrait à terme transformer l’image d’un domaine traditionnellement réputé réservé aux introvertis.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

5 profils de data scientists,

Musique : bientôt un algorithme capable de composer ?