Ne pas négliger les small data !

Toute décision guidée par les données recèle une part d’humain, de comportement ou de contexte qu’il est difficile de quantifier. Le concept des small data vise à combler ce manque trop souvent absent des modèles basés sur les big data. Outre-Atlantique, Amazon et Wall-Mart l’intègrent à leurs stratégies commerciales respectives en vue d’améliorer l’expérience client.

Doug Dietz, ingénieur chez General Electrics, a vécu une expérience peu banale. En visitant un hôpital où sa société avait installé une machine IRM, il croise une petite fille en pleurs, terrifiée par le bruit assourdissant de l’engin. L’idée lui vient de concevoir une nouvelle façon de réaliser l’examen pour les enfants, en le transformant en une sorte d’aventure dans laquelle ceux-ci se trouveraient engagés. Les « boum-boum » effrayants font désormais partie de l’histoire vécue par les jeunes patients. Résultat, le taux de sédatifs administrés pour atténuer la peur a diminué de 80 %, tandis que 90 % des parents se déclarent satisfaits du nouveau protocole…

 

Les small data, une richesse complémentaire aux big data

 

L’expérience de Doug Dietz démontre l’importance que l’on devrait accorder aux « small data », ces détails caractéristiques d’un comportement humain qu’il est difficile de traduire en données : c’est en observant les yeux d’une petite fille de six ans que l’ingénieur a trouvé une solution — et contribué à améliorer les performances de son entreprise. Amazon, par exemple, s’est engagé dans cette direction. Le géant américain de la vente en ligne, qui a fondé son succès sur l’exploitation des big data, a récemment annoncé l’ouverture de plusieurs librairies physiques. Selon Howard Yu, professeur en stratégie et innovation à IMD Switzerland, l’idée d’Amazon est d’améliorer sa « sensibilité » à travers une meilleure compréhension du monde physique.

Wall-Mart poursuit une logique similaire. L’entreprise leader de la grande distribution aux États-Unis a expérimenté différents modèles de e-commerce avant de développer le concept prometteur de « pickup grocery », où les clients commandent leurs articles via une application avant de passer les récupérer à proximité du magasin. Pour que ce système semblable au drive fonctionne et améliore la satisfaction client, Wall-Mart a formé des acheteurs personnels chargés de vérifier la qualité des produits choisis. Ce faisant, le commerçant brouille la frontière entre l’achat en ligne et hors ligne, estime Howard Yu. En réintroduisant de l’humain dans une stratégie historiquement analytique, Amazon s’inspire de cette trajectoire qui démontre l’importance de la complémentarité entre big et small data dans la prise de décision.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Une tribune (en anglais) de Martin Lindtrsom (promoteur du concept des small data) au sujet de l’élection « imprévue » de Donald Trump,

et un billet (en anglais) sur l’intérêt des small data dans les petits commerces.