Face à une décision, l’intelligence compte plus que la donnée

La donnée est à la base de tout processus de décision. Mais à la fin, c’est bien l’humain qui tranche. Selon Juan Montero Varona, responsable Consulting chez SAS Espagne, s’il n’y a pas de connaissances sans données, il convient toutefois de se concentrer sur le lien entre les deux en s’appuyant sur des outils analytiques appropriés.

Le monde tel que l’envisage chacun de nous est très largement le résultat de ce que produisent nos pensées. Car c’est bien notre cerveau qui traduit ce que nos sens perçoivent. Et toute prise de décision consciente est en partie influencée par nos émotions. C’est pourquoi, recommande Juan Montero Varona, responsable consulting chez SAS Espagne, il faut entraîner son esprit : quoi qu’il arrive, ce ne sont pas les données ni l’analytique, mais les humains qui décident.

 

La découverte de connaissances nécessite des outils analytiques appropriés

 

Dans un récent billet, ce spécialiste de l’analyse décisionnelle rappelle que, fondamentalement, les données représentent du bruit et qu’il est faux de penser qu’elles contiennent en elle-même des informations. En pratique, il convient d’extraire ces dernières avant de les organiser, de les structurer, de les traiter et, enfin, de les interpréter afin d’en tirer de la valeur. C’est au bout de cette chaîne seulement que les données sont transformées en connaissances par l’intermédiaire de notre cerveau, avant de servir de support à une décision.

L’avant-dernière étape de ce processus, où l’information se mue en connaissance, nécessite l’apport d’outils analytiques appropriés, rappelle enfin Juan Montero Varona. Cette technologie indispensable fournit la « capacité de savoir », permettant de prévoir les opportunités et de prendre les bonnes mesures pour obtenir des résultats tangibles.

 

« Entraîner mes clients et mes collègues dans des voyages analytiques plaisants, c’est ce que je fais depuis 2002 ». Juan Montero est Responsable Consulting chez SAS Espagne, Ingénieur en Informatique de formation et enthousiaste des dynamiques digitales.

Juan est né et a grandi à Madrid, où il vit actuellement.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

un article (en anglais) au sujet de la complexité des données,

et un autre à propos des technologies d’analyse des émotions.