L’intelligence artificielle fera disparaître la technologie

Rand Hindi, bottes mexicaines, jean patiné, t-shirt échancré et coiffé d’un borsalino, n’a rien du look traditionnel d’un entrepreneur, pas plus que d’un bon élève de prépa. Et pourtant, ce data scientist, membre du Conseil Numérique et reconnu par le MIT comme un des « 35 under 35 », a pour ambition de faire disparaître la technologie pour mieux en profiter.

Le ton est donné : le jeune homme qui monte sur la scène de SAS Forum est bien dans son siècle ! Rand Hindi est un entrepreneur et data scientist, co-fondateur et CEO de Snips, un laboratoire de recherche en intelligence artificielle et machine learning qui se concentre sur le développement de nouvelles interfaces homme-machine intelligentes. Il vient expliquer, devant un amphi bondé et attentif, comment avec toujours plus de technologie et d’objets connectés, nous allons enfin pouvoir déconnecter !

 

Bénéficier des avantages de la technologie sans les défauts…

 

Neuf utilisateurs de smartphones sur dix expérimentent ce que des chercheurs américains ont baptisé le syndrome de la « vibration fantôme » : vous pensez que votre smartphone vibre au fond de la poche, mais en réalité, il n’en est rien, c’est une hallucination !… Le smartphone devient en quelque sorte une partie de nous-mêmes, et la perception du mouvement d’un vêtement, combinée à l’anxiété de son propriétaire, face aux multiples sollicitations qu’il subit à tout moment, crée cette hallucination.

Ce conditionnement n’est pas prêt de s’atténuer : les alertes push se multiplient à mesure que nous téléchargeons de nouveaux outils dans notre smartphone. Avec l’augmentation des objets connectés – plus de 100 milliards d’ici dix ans – chaque personne en possèdera bientôt entre 10 et 15. Gérer les alertes, les notifications et les interactions avec tous ces objets connectés ne sera tout simplement plus possible.

Pour Rand Hindi, il n’y a pas de doute, l’intelligence artificielle a le potentiel pour relever ce défi. C’est pourquoi Snips travaille à l’élaboration d’un assistant intelligent, qualifié par Rand Hindi de « cerveau de poche », capable d’apprendre pour anticiper nos comportements et gérer automatiquement les interactions avec nos objets connectés, smartphone inclus.

La convergence du Cloud (offrant des ressources de calcul illimitées pour un coût extrêmement bas) et des big data (volumes de données quasi illimités servant à « entrainer » des algorithmes) matérialise les promesses de l’ « Ubiquitous Computing » apparu dans les années 1980 : à l’image de l’électricité qui est présente partout et à chaque instant de nos vies, l’informatique intègre la vie quotidienne des humains et devient même omniprésente (les japonais parlent de la « société des réseaux omniprésents »).

 

Le contexte au cœur de l’intelligence artificielle

 

La clé de la réussite de l’assistant intelligent de Snips réside dans tout élément de contexte qui enrichit la compréhension d’un événement. Ceci s’est traduit dans les années précédentes par l’utilisation des données de géolocalisation. Mais celles-ci, selon Rand Hindi, ne sont ni suffisantes, ni assez précises. La solution consiste alors à croiser ces données avec d’autres incluses dans le smartphone : e-mail, textos, agenda, ou pourquoi pas baromètre, app de quantified-self, etc. Le cerveau humain n’est pas une base de données reposant sur des index. Il fonctionne sur la base d’association d’idées, à la manière d’un réseau de connaissance ou « knowledge graph ». L’interface intelligente de Snips s’inspire de ce mode de fonctionnement.

En analysant le contexte d’utilisation en temps réel sur la base de l’exploitation de toutes ces données, le smartphone sera ainsi capable de se mettre en veille tout seul lorsque vous entrerez en réunion ; la lumière s’allumera automatiquement lorsque vous rentrerez chez vous, etc. Cette interface intelligente a pour ambition de rendre le téléphone plus humain et moins intrusif, pour devenir un véritable « assistant », capable de prendre des décisions.

 

Privacy by design : sécurité et confidentialité

 

La sécurité est bien sûr une des principales préoccupations. La réponse de Rand Hindi est simple : les smartphones de dernière génération disposent de suffisamment de puissance de calcul pour réaliser l’ensemble de ces analyses de données en local. Concept qu’il appelle « privacy by design » : plus besoin d’envoyer les données dans le Cloud. Ceci répond à une exigence très marquée et exprimée par de plus en plus de mobinautes ; le succès de la messagerie sécurisée et cryptée Telegram en est bien la preuve.

L’intelligence artificielle nous permettra, nous tous, utilisateurs de smartphones, de nous libérer de la technologie, de nous déconditionner, afin de nous concentrer sur l’essentiel, en conservant les bénéfices du confort de la technologie. Il nous sera ainsi possible de « redevenir maîtres de nos propres choix », c’est-à-dire « d’être libres et d’être qui l’on veut ».

 

En complément :

Thierry Bedos, Directeur général de SAS France, revient sur les points forts de SAS Forum France 2016.

 

*Crédit photo : SAS France