La blockchain révolutionne les services financiers

La technologie blockchain va-t-elle devenir le nouveau catalyseur de croissance des services financiers ? Elle en a en tous cas le potentiel, selon un livre blanc du cabinet suisse PwC Strategy& Schweiz. Nous sommes à l’aube d’une révolution équivalente à celle de l’Internet, d’après ses auteurs, qui énoncent quatre propositions à l’intention des décideurs.

L’émergence de bitcoin à partir de 2009 a montré au monde numérique une nouvelle façon de réaliser des transactions en ligne, en toute sécurité et transparence. La technologie sous-jacente de cette cryptomonnaie – blockchain – se retrouve aujourd’hui au centre de toutes les attentions, car elle a le potentiel de transformer en profondeur les entreprises, en particulier celles de l’industrie financière. C’est l’avis du cabinet de conseil PwC Strategy& Schweiz, qui développe dans un livre blanc quatre idées forces autour de ce constat.

 

De nombreux avantages pour l’industrie des services financiers

 

D’abord, la technologie blockchain représente une disruption du même niveau que celle de l’Internet, dont l’arrivée a bouleversé notre façon de chercher et de partager des informations. La blockchain permet d’aller un pas en avant, c’est-à-dire d’échanger quasiment en temps réel toutes sortes de données ayant une valeur (titres de propriété, monnaie, etc.), par le biais d’un registre numérique distribué accessible en pair à pair. L’industrie des services financiers — c’est la deuxième idée — a bien saisi tout l’intérêt d’une telle technologie, capable d’améliorer de nombreux aspects liés à ses activités, comme le traitement des transactions, l’authentification ou la sécurisation des données sensibles.

Troisième avantage à prendre en compte pour les décideurs : la blockchain augmente la résilience et l’efficacité, tout en diminuant les coûts. La résilience parce que les données sont distribuées à travers de multiples acteurs ; l’efficacité parce que le système d’information est unifié ; et la baisse des coûts parce que la technologie elle-même se substitue au tiers de confiance. Enfin, la blockchain constitue un outil de choix pour fluidifier la régulation, en rendant les transactions plus transparentes et plus fiables. Si sa mise en œuvre concerne surtout les organisations financières, la réflexion s’étend petit à petit à d’autres institutions de régulation, banques centrales et États. Pour les auteurs du livre blanc, 2017 sera une année charnière où des innovations à grande échelle permettront de valider la pertinence du concept de blockchain.

 

Lire l’article

 

En complément :

Un article à propos d’une expérimentation de blockchain par Barclays,

et un autre (en anglais) faisant le point sur l’implémentation de blockchain par les entreprises.