Les géants de la distribution peaufinent leur stratégie big data

Si la collecte de données par les enseignes de la grande distribution ne date pas d’hier, pour contrer le géant Amazon, qui leur arrache chaque année de nouvelles parts de marché, Carrefour, Auchan, Leclerc et les autres renforcent leur stratégie et leurs investissements dans les technologies big data. Tour d’horizon des initiatives.

Pour donner un ordre de grandeur, Walmart, leader de la distribution aux USA réalisait l’an dernier sur Internet un chiffre d’affaires de 13,7 milliards de dollars… contre 107 milliards pour Amazon ! Un constat qui a sans doute motivé le rachat par Walmart de Jet.com, acteur du e-commerce à la croissance soutenue. Et l’enseigne est loin d’être la seule à investir dans le rachat de startups, la création de hubs ou la conception de logiciels. En France, Auchan Retail Data a par exemple doublé ses effectifs pour miser sur l’ultra personnalisation. Et c’est en affinant son ciblage publicitaire grâce aux nouvelles capacités de calcul que le groupe a vu ses ventes en ligne augmenter de 40 %.

 

Concentrer sa stratégie sur un type de données

 

Si les géants de la distribution n’hésitent donc plus à investir dans les big data, ils restent prudents quant au rachat de startups. Comme le souligne Michel-Edouard Leclerc, patron du groupe éponyme, le cycle de développement technologique d’un Amazon accélère considérablement l’obsolescence des innovations. De plus en plus, les enseignes font donc appel à des sociétés très spécialisées, à l’image de Liveramp qui rapproche données des clients en magasin et données en ligne pour garantir une expérience unifiée.

Quant à l’avenir, face à l’explosion des volumes et des sources de données bientôt disponibles, des choix s’imposent dès à présent… Auchan privilégie l’exploitation de données ouvertes comme la météo ou le trafic routier plutôt que celles issues des réseaux sociaux, de peur de se disperser. Même réserve pour Carrefour, qui mise quant à lui sur le prédictif. Georges Plassat, PDG du groupe, met d’ailleurs en garde contre le risque « de perte de temps ».

 

Lire l’article

 

En complément :

Carrefour mise sur le lien entre digital et CRM,

Le machine learning, pilier de la prévision des ventes.