Wall Street s’enflamme pour les bitcoins

En 2016, réaliser un virement vers un compte à l’étranger reste une opération à la fois fastidieuse et risquée. Un constat partagé par les géants de Wall Street qui multiplient aujourd’hui les partenariats technologiques autour de projets de blockchain, ou chaîne de blocs, la technologie née avec le bitcoin. D’abord associée au commerce de produits illicites, cette monnaie digitale a fini par s’imposer au travers d’alliances inattendues entre startups confidentielles et institutions fédérales ou autres mastodontes financiers…

Pour comprendre le succès des bitcoins et autres crypto-monnaies, revenons un instant sur le processus de transactions bancaires tel qu’il s’articule aujourd’hui. Un virement entre l’Europe et les USA nécessite 2 à 4 jours, mobilise trois intermédiaires et coûte environ 10% du montant de la transaction. Autant de contraintes pour garantir à chacun des intermédiaires qu’il ne communique qu’avec une personne ou une institution qu’il connaît et en qui il a confiance.

 

S’affranchir de toute autorité de régulation

 

Avec la blockchain, si l’identité du passeur d’ordre est masquée, chacun connaît les montants présents dans chacun des comptes : chaque propriétaire d’un compte détenant le même registre, qui n’est donc plus falsifiable. Tout est transparent : lorsqu’un compte est débité, un autre est crédité du même montant, instantanément, en temps réel. C’est ce principe de registre ouvert qui dispense d’une autorité de régulation. La blockchain, qui devrait s’imposer dans l’avenir comme un véritable protocole bancaire, pourra par ailleurs profiter de toute l’infrastructure déjà en place (smartphones, capteurs embarqués, puissants algorithmes…).

 

Confrontées depuis Bale III à une pression réglementaire sans précédent, les grandes banques se réjouissent du succès des bitcoins ! Rien qu’en éliminant les processus manuels dans les transactions, ce sont près de 20 milliards de dollars par an qui devraient être économisés grâce à ces technologies d’ici 2022. Dans ce contexte, la course aux applications bat son plein, avec un budget « blockchain » estimé à un milliard de dollars pour cette seule année sur les marchés de la finance et des technologies… Mais que se passera-t-il alors quand toutes les banques auront adopté la blockchain ? La concurrence pourrait bien les pousser à réduire – enfin – leurs frais…

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Blockchain : un concept, des atouts, de multiples applications.

Et le rôle de blockchain dans le développement de l’internet des objets.