L’analyse socio-économique au travers des flux postaux

Pour affiner les indicateurs socio-économiques qui aident à évaluer le bien-être d’une nation, des chercheurs ont corrélé ces indicateurs aux flux postaux dans le monde. Cette étude leur a permis de confirmer la pertinence des indicateurs et de mettre en évidence l’importance que prennent désormais les réseaux de communication numérique.

Voilà un exemple de ce que le data journalisme apporte aux sciences humaines et sociales ! Pour mieux évaluer la pertinence des indicateurs socio-économiques généralement utilisés et savoir si les flux postaux ajoutaient à leur analyse, les Nations Unies et l’université de Cambridge ont mené un projet de recherche afin de corréler les données relatives aux flux de courrier dans le monde à celles sur différents flux, issues de sources en open data (commerce, migration, transport aérien, réseaux IP et de communication numérique).

 

Des corrélations entre le niveau de richesse et les flux de marchandises

 

Le projet s’est appuyé sur 14 millions de dossiers postaux électroniques issus de 187 pays pendant une période de 4 ans, entre 2010 et 2014. Premier constat, l’activité postale est en croissance sur cette période, certainement du fait de la forte progression du commerce électronique.

Les chercheurs ont utilisé différentes méthodes de croisement et d’analyse des données. Ils ont ainsi mis en évidence les corrélations qui existent entre le niveau de richesse d’une nation et les flux de marchandises ou d’information. De même, le niveau de développement d’un pays est directement lié au niveau de connectivité et de circulation des biens et des informations.

Cette exemple démontre dans quelle mesure les big data peuvent contribuer à améliorer la mesure du bien-être dans le monde ; même dans les pays où la pénétration du numérique reste encore faible : l’exploitation des données issues des flux postaux (ou d’autres flux physiques) pouvant pallier l’absence de données sur les autres flux.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Un article sur l’apport des big data au bien-être social,

et

un article (en anglais) sur l’analyse des données de communication mobile comme indicateurs socio-économiques.