Informer et expliquer pour gagner la confiance

A l’heure où data scientists et analystes métiers planchent sur l’optimisation des tournées de livraison dans les supérettes de bord de mer et des linéaires de fournitures scolaires, un sondage d’Harris Interactive décrit le rapport que les Français entretiennent avec le terme « Big Data ». Plus de la moitié d’entre eux (59%) avouent ne pas en connaître la signification, 87% s’estiment mal informés sur leur utilisation, et s’ils expriment majoritairement de la méfiance (60%) vis-à-vis de l’exploitation des mégadonnées, ils considèrent le sujet comme vecteur d’amélioration de l’efficacité des entreprises et des services publics (52%). Notons que plus les Français se déclarent bien informés, plus la confiance qu’ils ressentent vis-à-vis des acteurs qui exploitent les big data est élevée.

Une marge de progression existe donc. Il en va de même avec l’Internet des Objets : les Français expriment un intérêt certain, mais pas encore d’engouement. Pour près des deux tiers d’entre eux, la santé reste le secteur prioritaire pour le développement des objets connectés, suivi par la sécurité, l’énergie et la domotique. La balle est désormais dans le camp des fournisseurs qui doivent redoubler d’efforts pour rassurer, en mettant en relief les usages et en valorisant les bénéfices des services.

Cette popularisation passe par de grands événements, comme Viva Technology, une véritable « grand-messe » des startups. Objets connectés, imprimantes 3D, Fintech, voiture autonome, intelligence artificielle, robots,… le meilleur de l’innovation et de la technologie ont été présentés par plus de 5 000 startups et entreprises. Une démonstration du dynamisme et de la force de l’écosystème technologique français et international, qui tire parti des partenariats et de la co-innovation pour construire la société de demain. Dénominateur commun de bien des inventions, les données sont au cœur du processus d’innovation. La capacité à les analyser et en tirer des connaissances exploitables sera sans nul doute un important vecteur de différenciation des startups, comme on le voit aujourd’hui avec les Fintech.

 

Retrouvez l’intégralité de la newsletter